Vaccin BCG en Afrique : Sommes-nous fous, incultes ou racistes ? (Jean Bonin)

Propos de Jean-Paul Mira sur le vaccin BCG en Afrique, Jean Bonin s'insurge contre les détracteurs du médecin français

Jean-Paul Mira - vaccin BCG contre le COVID-19, Jean Bonin défend l'accusé
Par Patrice Dama
Publié le 04 avril 2020 à 18:31 | mis à jour le 04 avril 2020 à 20:19

Jean-Paul Mira, chef du service réanimation à l'hôpital Cochin, a affirmé sur LCI que le vaccin BCG contre le COVID-19 pourrait être testé en Afrique. Cette déclaration a provoqué l'ire de sportifs, politiques, responsables associatifs et d'intellectuels africains. Ces derniers dénoncent que l'on veille faire passer les Africains pour des cobayes. Jean Bonin, Juriste, citoyen ivoirien, s'insurge contre les détracteurs du coauteur du livre "Réanimation", un guide indispensable à l'interne et au chef de clinique en réanimation.

Test du vaccin BCG en Afrique, Jean Bonin soutient Jean-Paul Mira

Depuis quelques semaines, au danger de la contamination du coronavirus s’ajoute une vraie épidémie de fausses informations sur les réseaux sociaux, dont le but assumé est de faire croire à un complot des « blancs » pour exterminer les Africains. Rien que ça !

Au cours d’une émission sur LCI l’on entend l’un des médecins, Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l’hôpital parisien Cochin déclarer « si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le Sida, où chez les prostituées on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées ?”.

Il n’en fallait pas plus pour que les théoriciens du complot occidental contre les noirs en fassent leurs choux gras, entraînant avec eux dans leur délire des footballeurs et des politiciens de renom.

Je m’insurge contre cette frénésie collective qui s’empare de certains « sachants » qui ne savent absolument rien.

Depuis des décennies qu’on vaccine les Africains contre le paludisme, la fièvre typhoïde, la rougeole, le tétanos ou la tuberculose qui pourrait me donner le nom d’un laboratoire en Afrique qui a développé un seul de ces vaccins ? Je n’en connais aucun.

Les vaccins que nous utilisons régulièrement en Afrique, à titre préventif ou curatif, ont nécessairement fait l’objet de tests sur des êtres humains quelque part dans le monde, en Europe, en Asie ou dans les Amériques notamment.

Test du vaccin BCG, le reste du monde comme laboratoire de l'Afrique ?

Quelle est la logique qui guide ceux qui se plaignent de ce que des tests soient envisagés en Afrique ? Est-ce que pour eux les tests devraient se faire exclusivement sur des blancs ou des Asiatiques ? Est-ce que pour eux les vaccins ne devraient être prescrits uniquement en Afrique qu’à partir du moment où ils auraient fait leurs preuves ailleurs ? En d’autres termes, le reste du monde devrait être les cobayes des Africains alors que ces derniers, faute d’investir eux-mêmes dans la recherche fondamentale, attendent presque tout des pays développés pour se soigner, et cela, y compris pour les maladies comme Ebola qui n’existent qu’en Afrique.

La réalité scientifique et factuelle c’est que des essais cliniques visant à tester l’efficacité du vaccin BCG contre le COVID-19 sont en cours ou sur le point d’être lancés dans de nombreux pays européens et en Australie où un vaste essai inclut actuellement 4.000 soignants dans les hôpitaux de ce pays. S’il y a bien actuellement une réflexion autour d’un déploiement en Afrique, il se ferait donc en parallèle avec des pays européens.

L’hypothèse de ces recherches, qui seront menées majoritairement sur des personnels soignants et non sur l’ensemble d’une population, est de voir si le vaccin contre la tuberculose pourrait avoir un effet similaire contre le coronavirus, soit en diminuant le risque d'être infecté, soit en limitant la gravité des symptômes.

Un STOP aux fausses informations autour du vaccin BCG

Les relayeurs de fausses informations devraient savoir que les tests sur le BCG sont distincts des recherches sur un vaccin contre le coronavirus proprement dit.

Nous célébrons en Afrique le professeur Raoult pour son traitement contre le coronavirus. Mais savons-nous que l'hydroxycholoroquine fait partie des quatre traitements testés dans le cadre d’un essai européen baptisé "Discovery" mené sur 3.200 patients dans plusieurs pays, dont 800 cas graves en France.


S’il est vrai que, pour l’heure, notre continent n’est pas autant touché que l’Europe par le COVID19 il n’y a aucune raison pour que l’Afrique soit exclue des recherches étant donné que la pandémie est globale. Le jour où nos États africains investiront autant dans le capital humain que dans les Infrastructures alors nous pourrons souverainement produire nos propres vaccins, alors nous serons en mesure de nous offrir le luxe de ne pas être les cobayes de l’humanité.

En attendant donc que nos « leaders éclairés et visionnaires » de chefs d’État accordent un minimum d’attention à notre médecine dite traditionnelle et nos « tradipraticiens », souffrez que « les blancs » réfléchissent pour nous soigner avec leur médecine.

Jean Bonin

Juriste

Citoyen ivoirien.




Articles les plus lus