Gon malade : Soro Guillaume prévient "Dieu nous parle par des signes"

Soro Guillaume : « N’arrive à l’homme que ce que Dieu permet. »

Soro Guillaume, Président de GPS et candidat à la Présidentielle 2020
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 04 May 2020 à 12:38 | mis à jour le 04 May 2020 à 13:19

L'actualité ivoirienne est dominée par l'évacuation d'Amadou Gon Coulibaly en France pour un contrôle médical. Soro Guillaume vient de publier un message sur les réseaux sociaux, qui donne à réfléchir.

Soro Guillaume : « N’arrive à l’homme que ce que Dieu permet. »

Soro Guillaume est en exil à Paris depuis son retour manqué en Côte d'Ivoire, le 23 décembre dernier. Le Président de GPS, Générations et peuples solidaires, a par ailleurs été condamné par le tribunal correctionnel d'Abidjan à « vingt (20) ans de prison ferme, cinq (5) ans de privation de droits civiques, 4,5 milliards de FCFA d’amende et 2 milliards FCFA de dommages et intérêts à l’État de Côte d'Ivoire pour recel de deniers publics et blanchiment de capitaux ».

Mais, au lieu de rougir de ses démêlés avec la justice ivoirienne et le pouvoir d'Abidjan, l'ancien Président de l'Assemblée nationale est plutôt tourné vers l'adhésion à son mouvement politique, GPS. Appelant ses partisans à atteindre « 200 milles adhérents au 05 Mai 2020 ». Car il dit « Préparer activement notre victoire à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

Eu égard à l'actualité politique, Soro Kigbafori Guillaume a donc adressé un message à ses compatriotes en cette semaine du 4 mai 2020 :

« J’ai pensé à notre condition humaine. Dieu nous parle par des signes. Si nous sommes attentifs, nous pouvons les décoder. Rien ne sert de bomber la poitrine, car, poussière nous sommes nés, poussière nous retournerons. C’est pourquoi je nous invite à l’humilité. »

Guillaume Soro, faut-il le rappeler, avait traité de non-évènement sa récente condamnation. Pour le candidat déclaré à la Présidentielle 2020, une seule chose compte : « Travailler à la réconciliation », car pour lui, le salut de la Côte d'Ivoire en dépend.

Poursuivant, l'ex-chef du Parlement ajoute : « Pour ma part, je ne renoncerai point au combat pour la réconciliation et l’amour entre les Ivoiriens, malgré les moqueries, injures et autres quolibets. Je ne gémirai point de mon sort, car n’arrive à l’homme que ce que Dieu permet. »




Afficher les commentaires
Articles les plus lus