Le Ministre Adama Diawara parle et rassure les syndicats du Supérieur

Le Ministre Adama Diawara parle et rassure les syndicats du Supérieur
Par Mael Espoir
Publié le 14 juin 2020 à 09:42 | mis à jour le 14 juin 2020 à 09:42

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, a rencontré successivement, à l’Amphithéâtre A de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, les différentes organisations et mouvements syndicaux des enseignants du Supérieur, du personnel technique et administratif, ainsi que ceux des étudiants.

Adama Diawara aux syndicats du Supérieur: « Je compte sur vous pour m’accompagner dans ma tâche. Je suis un des vôtres »

Au menu des échanges, la question de la continuité pédagogique et surtout la stratégie à adopter pour l’achèvement des années académiques en cours, dans un environnement apaisé.

À l’endroit des responsables syndicaux des enseignants, le ministre Adama Diawara a prôné le dialogue et l’accalmie dans l'espace universitaire, tout en affirmant que « la grève ne doit être que l’ultime recours» des revendications.

Puis, il a appelé les leaders syndicaux à faire « des revendications réalistes" dans un esprit de dialogue permanent. « Je compte sur vous pour m’accompagner dans ma tâche, je suis un des vôtres », a-t-il plaidé.

Pour le ministre, le principal défi est de réussir l’harmonisation des années académiques, en organisant la rentrée unique de toutes les filières et dans toutes les universités à partir de septembre 2021.

Pour cela, il est nécessaire que la paix règne sur les campus et dans les facultés. Pour terminer, le ministre Diawara a enjoint les leaders syndicaux d'œuvrer pour l’achèvement des années académiques, dans le strict respect des mesures barrières édictées dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.


À l’endroit des étudiants, le ministre a délivré le même message en rappelant l’impérieuse nécessité d’entretenir un environnement paisible sur l’espace universitaire. Il a indiqué qu’il attache du prix à avoir des ressources humaines de qualité pour relever les défis de développement de la Côte d'Ivoire.

Après les échanges, les différentes parties ont convenu d’autres rencontres pour instituer le dialogue permanent et discuter dans le détail leurs requêtes.