Traqué par Ouattara, comment Guillaume Soro se barricade

Traqué par Ouattara, comment Guillaume Soro se barricade
Par K. Richard Kouassi
Publié le 28 novembre 2020 à 18:40 | mis à jour le 29 novembre 2020 à 09:11

Guillaume Soro est dans le viseur du pouvoir d'Alassane Ouattara. L'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne a été condamné à 20 ans de prison ferme pour recel de deniers publics détournés et blanchiment de capitaux. Le député de Ferké qui a entamé un exil en Europe depuis décembre 2019 est également sous le coup d'un mandat d'arrêt international lancé par les autorités ivoiriennes. L'épée de Damoclès plane sur la tête du fondateur de Générations et peuples solidaires (GPS), qui a décidé de se barricader.

Voici les hommes qui protègent Guillaume Soro

Guillaume Soro représente aujourd'hui un farouche adversaire à Alassane Ouattara. Le président ivoirien et son ancien président de l'Assemblée nationale étaient pourtant de solides alliés politiques.

Mais le refus du natif de Kofiplé de rejoindre le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a été mal digéré par le chef de l'Etat qui l'a contraint à démissionner de l'Assemblée nationale. Loin de l'hémicycle, Guillaume Soro décide de conquérir le palais présidentiel.

Alors qu'il est en visite en Espagne, le chef de file des soroistes annonce sa candidature à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 et décide de rentrer en Côte d'Ivoire pour lancer sa campagne présidentielle.

Le 23 décembre 2019, les partisans de Bogota s'activent pour lui réserver un accueil triomphal. Cependant, l'avion qui transporte Guillaume Soro est dérouté au Ghana. Des proches du député de Ferké, dont Alain Lobognon, Koné Tehfour, Soro Kanigui Mamadou, sont mis aux arrêts.

Comment Guillaume Soro se protège face à la menace de Ouattara

La tension monte entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro qui ne regardent plus dans la même direction. À peine réélu pour un 3e mandat, le président ivoirien a transféré un mandat d'arrêt international aux autorités françaises.

On se rappelle qu'il avait déjà affirmé que le patron de Générations et peuples solidaires (GPS) mérite la "prison à perpétuité". "Pour lui, ce sera la prison. Il n’y a aucun doute là-dessus. Il mérite la prison à perpétuité pour ce qu’il a fait", a confié Alassane Ouattara au journal Le Monde.

Le numéro un ivoirien a soutenu également qu' "après les mutineries de 2017, on a trouvé des tonnes d’armes chez lui. Puis nous en avons trouvé au siège de son parti. En quoi un président de l’Assemblée nationale a-t-il besoin d’avoir des lance-roquettes au siège de son parti ? Il y avait une organisation en vue d’effectuer un coup d’État".

Pour sa part, Guillaume Soro s'appuie sur des hommes de confiance pour échapper à la colère d'Alassane Ouattara. Selon le magazine Jeune Afrique, l'ancien homme fort de la rébellion ivoirienne s'est envolé pour l'Europe avec certains de ses proches.


Les hommes de main du patron de GPS

Affoussiata Bamba Lamine, ex-ministre de la Communication, fait office d'avocate personnelle du leader de Générations et peuples solidaires. C'est elle qui était au premier rang dans la bataille contre Ouattara devant la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP).

Guillaume Soro peut aussi compter sur Moussa Touré, son directeur de communication, épaulé par Habib Sanogo, Issiaka Fofana et Sess Soukou Mohamed dit Ben Souk qui entretiennent ses relations avec les députés ivoiriens, Abdoulaye Fofana et Dibonan Koné pour sa sécurité.






Articles les plus lus