Réconciliation: Le ministre KKB "béni" par la chambre nationale des rois

KKB  a le « soutien total et la bénédiction » de la Chambre nationale des rois
Par Eugène SAHI
Publié le 19 janvier 2021 à 15:32 | mis à jour le 19 janvier 2021 à 15:32

La Chambre nationale des rois et chefs traditionnels apporte son soutien à la mission du ministre de la Réconciliation nationale qui a eu une rencontre d’échanges avec les têtes couronnées sur la question de la cohésion sociale et la paix durable en Côte d’Ivoire.

KKB a le « soutien total et la bénédiction » de la Chambre nationale des rois

Le président de la chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d'Ivoire (CNRCT-CI), sa Majesté Amon Tanoe, a reçu lundi 18 janvier 2021, à Yamoussoukro, Kouadio Konan Bertin (KKB), ministre en Charge de la Réconciliation nationale dans le gouvernement d’Hamed Bakayoko depuis le le 15 décembre 2020.

La rencontre qui s’est tenue en présence d’une centaine de rois et chef coutumiers venus des quatre coins de du pays, a abouti à un « soutien total et la bénédiction » de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire, à en croire sa Majesté, en vue d’un franc succès dans la mission du ministre KKB.

L’ancien candidat malheureux à la présidentielle du 31 octobre 2020, a été le seul à faire campagne face à Alassane Ouattara, réélu pour un 3è mandat controversé marqué par des violences communautaires, accentuant davantage la fracture sociale héritée de la grave crise postélectorale de 2010-2011, qui a vu la chute du régime de Laurent Gbagbo.

Présidentielle 2020: Amon Tanoe et la chambre nationale des rois prennent position

Le 6 novembre 2020, l’institution que dirige Sa Majesté Désiré Awoula Amon Tanoe (85 ans) Roi des N’Zima-Kotoko de Côte d’Ivoire et ancien Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Côte d’Ivoire près de la République Fédérale du Nigéria, avait déploré des violences liées à la présidentielle du 31 octobre, tout en précisant que le scrutin s’était tenu dans “des conditions satisfaisantes”.

“Dans l’ensemble, le scrutin s’est déroulé de manière satisfaisante. Malheureusement, ce scrutin fut émaillé, dans certaines zones, d’actes de violences ayant engendré des morts, des blessés, de nombreuses destructions de biens et des actes d’empêchements de l’exercice du droit de vote. La Chambre nationale des Rois et chefs traditionnels déplore ces violences, présente ses condoléances aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés”, indiquait le patron de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire, dans un communiqué.

Tout en exhortant l’ensemble des communautés au dialogue et au vivre ensemble, Nanan Amon Tanoe, titulaire d’une Maîtrise de Droit Public et Science Politique, avait invité la chefferie traditionnelle, garant des us et coutumes, à s’engager sans relâche dans la reconstruction du tissu social fragilisé, en aidant les communautés à transcender la méfiance mutuelle et à sensibiliser sur le danger des attitudes, des comportements et des messages de nature à susciter la haine et les affrontements. Elle lui recommande singulièrement d’être à l’écoute des jeunes pour leur faire comprendre par la même occasion, de manière permanente, que ce qu’ils détruisent est leur propre héritage.


Le vendredi 8 janvier 2020, le ministre Kouadio Konan Bertin (KKB) a rendu une visite similaire au Médiateur de la république, Adama Toungara, dont il a sollicité les conseils avisés pour la bonne conduite de sa mission à la tête du département en charge de la réconciliation des ivoiriens.

Pourquoi Ouattara crée le ministère de réconciliation nationale

Selon de nombreux observateurs, l’échec de la réconciliation nationale est un des points noirs du bilan des deux premiers mandats du président Ouattara. Lors de son discours d'investiture à un troisième mandat controversé, le président Ouattara a déclaré qu'afin de "consolider davantage la cohésion nationale" et pour la "réconciliation des filles et des fils de notre chère Côte d'Ivoire", il envisageait la création "dans les prochains jours" d'un tel ministère.

Candidat en 2015, Kouadio Konan Bertin a eu à briguer à nouveau la magistrature suprême, le samedi 31 octobre 2020, refusant de rallier le reste de l’opposition, qui a appelé au boycott actif du processus électoral. Victorieux de cette échéance électorale, Alassane Ouattara annonce lors de sa prestation de serment, lundi 14 décembre 2020, la création du ministère de la Réconciliation nationale qui verra le jour dès le lendemain avec la nomination de Kouadio Konan Bertin.






Articles les plus lus