"La CPI doit s’opposer au retour de Laurent Gbagbo et Blé Goudé"

L'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo  prépare son retour en Côte d'Ivoire
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 25 février 2021 à 19:23 | mis à jour le 25 février 2021 à 19:23

Le retour annoncé de Laurent Gbagbo à Abidjan, ne fait pas que des heureux en Côte d’Ivoire. Le collectif des victimes de Côte d'Ivoire (CVCI) plaide pour l'annulation de l'acquittement de l' ex-chef d' Etat ivoirien.

Procès Laurent Gbagbo - Blé Goudé : « Nous demandons à la CPI de donner une suite favorable à l’appel pour permettre un nouveau procès » (collectif des victimes)

Jeudi 25 février 2021, lors d’un point de presse, des victimes de la crise post-électorale de 2010-2011 ont exprimé leur opposition au retour à Abidjan de Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien dont le procès à la Cour pénale internationale (CPI) pourrait connaître son dénouement d’ici au 31 mars 2021. « Pour nous, la procédure de justice, engagée à l’encontre de Laurent Gbagbo et de ses proches, doit se poursuivre jusqu’à ce que toutes les voies de recours soient épuisées», a déclaré Issiaka Diaby.

Pour le Collectif des victimes de Côte d’Ivoire (CVCI), dès lors qu’on fait appel, il apparait logique que soit organisé « un nouveau procès ». « Dès lors qu’on fait appel, il doit avoir un nouveau procès. Paradoxalement, cela semble ne pas être le cas et on veut permettre à Laurent Gbagbo de regagner Abidjan, alors que la procédure est en cours », s’est inquiété M. Diaby.

Acquittés en première instance des lourdes charges de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont vu la décision de leur acquittement, contestée par Fatou Bensouda, la cheffe du bureau de l’accusation. La procureure gambienne aurait préféré que soit prononcé à leur encontre un non-lieu plutôt qu’une décision d’acquittement qui blanchit totalement les deux Ivoiriens de tous les chefs d’accusation retenus contre eux.

« Nous estimons non seulement que les choses n’ont pas été bien menées, mais également nous n’avons pas de réponse, pas de vérité et jusqu’à présent, il n’ y a pas de justice en relation avec les 3000 morts, ce depuis 10 ans (...) Cela semble démontrer l’incapacité de la Cour pénale internationale à rechercher, appréhender et punir les auteurs de crimes de masses (...) Nous demandons à la CPI de donner une suite favorable à l’appel pour permettre un nouveau procès», a argué le président de la CVCI.

Pour rappel, le fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) a été défait le 11 avril 2011 par la rébellion armée des Forces nouvelles, menée par Guillaume Soro, son ancien Premier ministre, à l’issue d’une sanglante crise postélectorale qui a fait au moins 3000 morts. Transféré à La Haye pour sa responsabilité supposée dans les crimes commis au lendemain de la présidentielle d’octobre 2010, l’époux de Simone Gbagbo a été jugé et acquitté en même temps que son ancien ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, à l’issue d’un procès qui dure depuis 10 ans.


En liberté conditionnelle à Bruxelles depuis sa libération sous conditions, le prédécesseur du président Alassane Ouattara manifeste le désir de regagner son pays, la Côte d'Ivoire. Selon ses proches, ce retour devrait être effectif d’ici à la mi-mars prochain et le comité national d’accueil a d’ores et déjà été installé. « Les victimes ont saisi les autorités ivoiriennes et la cour pénale internationale pour s’opposer au retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé », prévient Issiaka Diaby.






Articles les plus lus