Agboville: Grosse pression sur la CEI avant les législatives du 6 mars

Salimata Porquet (CEI) à propos des législatives: « Moi, dans ma zone, celui qui gagne, c’est qu’il a gagné »
Par Mael Espoir
Publié le 26 février 2021 à 07:52 | mis à jour le 26 février 2021 à 07:53

Les candidats aux élections législatives du 06 mars prochain dans le département d’Agboville, ont affirmé leur adhésion à la tenue d’élections apaisées dans leur circonscription suite à l’appel lancé à leur endroit par Salimata Porquet, 3e vice-présidente de la CEI (Commission électorale indépendante), institution chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire. C’était lors d’une rencontre qui s’est tenue le jeudi 25 février 2021, dans la salle de réunion de la préfecture d’Agboville.

Salimata Porquet (CEI) à propos des législatives: « Moi, dans ma zone, celui qui gagne, c’est qu’il a gagné »

« Ici à Agboville, nous avons toujours vécu en bonne intelligence entre différentes communautés. Et, cela va se perpétuer lors des élections législations du 06 mars. Espérant aussi que la CEI fasse bien son travail en donnant les vrais et les bons résultats exprimés par les électeurs », a martelé Aké M’Bo Hohonon Fleur Esther, candidat EDS-PDCI, dans la circonscription électorale d’Agboville commune, principale challenger du directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo.

Un vœu cher auquel ont souscrit les autres candidats. Pour la superviseure de la CEI, chargée des régions de l’Agnéby-Tiassa, de la Mé et du Sud-Comoé, le mode opératoire du scrutin législatif sera bien tenue.

« Nous sommes venus ici pour expliquer aux candidats le mode opératoire. Et qu’ils comprennent que ce n’est pas à la CEI qu’on gagne les élections et ce n’est pas à la CEI qu’on perd les élections. Les élections seront transparentes. Chers candidats, les élections se préparent en amont. Il faut aller sur le terrain. Il faut mouiller le maillot. Moi, dans ma zone celui qui gagne, c’est qu’il a gagné. Nous veillerons au grain », a rassuré Salimata Porquet, en présence du corps préfectoral, des guides religieux, chefs de village et leaders communautaires.

Benjamin Kla Konan, sous-directeur du renforcement de la cohésion sociale, représentant le Médiateur de la République, Adama Toungara, a, quant à lui, appelé les candidats à maintenir un climat de paix avant, pendant et après les législatives.

« Au nom du Médiateur de la République, je souhaite que la campagne soit citoyenne, apaisée. Une campagne où de bonnes valeurs sont véhiculées par vous, les candidats, pour renforcer la paix et la cohésion sociale au sein des populations », a-t-il exhorté.

La campagne est ouverte depuis ce vendredi 26 février pour s’achever le 04 mars à minuit. Le scrutin étant prévu pour se tenir le samedi 06 mars 2021 de 08h à18h sur l’ensemble du territoire national.


Tizié T.

Correspondant régional






Articles les plus lus