Côte d’Ivoire : La Sodeci apporte un démenti à une rumeur

Un Château de la Sodeci
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 15 avril 2018 à 10:25 | mis à jour le 15 avril 2018 à 12:12

La Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire (Sodeci), a démenti dimanche à Abidjan, une rumeur qui annonçait "l’interruption de la desserte en eau potable sur toute l’étendue du territoire national", dans un communiqué.

La Sodeci rassure la population ivoirienne

"Suite à des rumeurs infondées faisant état d’une interruption de la desserte en eau potable sur toute l’étendue du territoire national, la Sodeci apporte un démenti ferme et tient à rassurer son aimable clientèle", a indiqué la note.

Créée le 1er octobre 1959, la Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire (Sodeci), est une entreprise privée d’économie mixte, et dont l'une ses missions est d’assurer l’approvisionnement en eau potable de la Côte d’Ivoire. Elle a jusqu'à ce jour, le monopole du secteur d’activité.

La Sodeci a trouvé "important" d’expliquer dans un document, à sa clientèle, que la "configuration du réseau de distribution" en eau potable en Côte d’Ivoire, ne permet pas qu’il y ait une "interruption" simultanée en eau de consommation, sur toute l’étendue du territoire national.

Les sites de productions de l’eau potable sont "autonomes" dans les différentes localités, ce qui empêcherait une éventuelle interruption dans toutes les villes du pays, a insisté le communiqué de la Sodeci.

La direction générale de la Sodeci a informé aussi, que les "réseaux de distribution (en eau potable), ne sont pas interconnectés".

Pénurie prolongée en eau potable dans ceratines villes et communes d'Abidjan

En Côte d’Ivoire, les coupures d’eau dans les domiciles, les quartiers et les villes entières sont courantes.


Depuis plus de deux semaines, presque toute la localité de Bouaké (Centre, la deuxième plus grande ville du pays) n’est pas approvisionnée en eau potable.

A Tiébissou (37 Km au Nord de Yamoussoukro, capitale politique) et dans plusieurs communes d’Abidjan dont Yopougon (Ouest), Abobo, Angré (Nord), ces interruptions durent depuis des mois, voire des années.