Burkina/Sonabel: La capitale privée d’électricité samedi

Des Coupures de courant constatées à ouaga, avait annoncé Sonabel
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 12 mai 2018 à 11:45 | mis à jour le 12 mai 2018 à 13:43

La Société nationale d’électricité (Sonabel) du Burkina avait annoncé des délestages pour samedi, en raison de travaux d'entretien sur le réseau national interconnecté à la Côte d’Ivoire, des coupures de courant sont constatées à Ouaga depuis 7 heures (GMT et locale), ce jour.

Des coupures de courant observées à Ouagadougou

La sonabel explique qu’en raison de travaux d'entretien programmés par le partenaire ivoirien sur la ligne 225 kV, le transit de l'énergie électrique par l'interconnexion Côte d’Ivoire-Burkina sera interrompu le samedi 12 mai 2018 de 07h à 17h".

"L'indisponibilité de l'interconnexion Côte d'Ivoire-Burkina Faso en cette période où la forte chaleur impose une demande en électricité très élevée, va occasionner un déficit de puissance se traduisant par des délestages", prévient la société.

Chaque année, en période de pointe (moment où la demande en énergie électrique est la plus élevée de l’année), les deux principales villes du Burkina Faso, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, sont confrontées à des délestages intempestifs entre mars et juin, qui plombent les activités économiques.

En mars, le directeur général de la Sonabel, François de Salles Ouédraogo, avait annoncé un déficit de 50 MW pour la période de pointe de 2018, invitant "l’ensemble des usagers de l’électricité à se sentir concernés par la situation en ayant tout simplement des réflexes d’économie qui permettent au bout de la chaîne, d’économiser quelques précieux MW".

Ce déficit, avait-il expliqué, intervient malgré "l’augmentation du niveau d’importation de la Côte d’Ivoire depuis 2017 avec une puissance moyenne de 70 MW et la réhabilitation de cinq groupes thermiques qui ont permis d’avoir une puissance additionnelle de 30 MW".


La Société ivoirienne de raffinage (SIR) et la Société nationale burkinabè des hydrocarbures (SONABHY) ont convenu mercredi, sur un projet d’accord prévoyant une augmentation du volume contractuel d’énergie du Burkina, qui passera de 175.000 à 400.000 tonnes par an, ont indiqué les deux pays, dans un rapport conjoint.

L’interconnexion électrique entre la Côte d’Ivoire (principal fournisseur) et le Burkina Faso, officiellement entrée en service en avril 2001 (avec Bobo-Dioulasso comme première ville bénéficiaire) pour pallier le déficit d’électricité que connaît Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, s’avère insuffisante.