Côte d’Ivoire : La réponse de la défense de Fabrice SAWEGNON à Me DADJE Rodrigue

M. Fabrice SAWEGNON, son avocat répond à Me DADJE Rodrigue

Me DADJE Rodrigue, un des avocats les plus connus en Côte d’Ivoire s’en était pris à M. Fabrice SAWEGNON, homme d’affaires ivoirien, patron de Voodoo Group. Dans le cadre de l’affaire « d’enlèvement, séquestration et coups et blessures » de quatre plaignants, l’avocat de la défense avait diffusé un communiqué évoquant un mépris de la justice du candidat à la Mairie du Plateau. Le représentant du communicant a répondu à l’attaque de celui qui est aussi l’avocat de Mme Gbagbo pour ce qu’il considère comme la preuve d’une manoeuvre dirigée par lui discrediter son client.

M. Fabrice SAWEGNON défendu par son avocat Maître HOUPHOUET

Dans le cadre de la défense de ses clients Messieurs Edgard Goly Kadjo, Aristide Kouadio Raymond et Guy Mathieu Hiannot Kapet qui accusent M. Fabrice SAWEGNON « d’enlèvement, séquestration et coups et blessures », Me DADJE Rodrigue s’était vexé de l’absence du publicitaire à l’audience qui le concernait. Il avait à cet effet publié un communiqué disant : « Fabrice Sawegnon, bien qu’étant informé à l’avance de la date de cette mise en état, ne s’y est présenté au motif que des contraintes indépendantes de sa volonté et dont nous ne connaissons le contenu l’en aurait empêché. »

Plus loin dans son communiqué, Me Rodrigue Dadje affichait son incompréhension d’une « telle attitude » de la part d’une « personne qui prétend briguer bientôt un mandat municipal en Côte d’Ivoire et qui n’accorde aucun de son temps à la Justice ivoirienne pour s’expliquer sur des faits aussi graves. S’il est vrai que les plaignants qui déclarent avoir été victimes des faits d’enlèvement, séquestration et coups et blessures, sont modestes sinon démunis de moyens financiers, il n’en demeure pas moins qu’ils sont des citoyens ivoiriens que la loi protège et qui ont droit au respect de leurs droits humains incompatibles avec les actes dont il auraient été l’objet. A un moment, il faudra que force revienne à la loi et à elle seule.»

Pour Maître HOUPHOUET Ange Olivier, avocat à la Cour et représentant du publicitaire M. Fabrice SAWEGNON, la communication de son homologue montre les objectifs cachés de sa présence dans ce dossier. Maître HOUPHOUET Ange Olivier déclare : « Ces propos viennent, une fois de plus, confirmer que ce procès intenté contre mes clients ne vise pas la recherche de la manifestation de la vérité ; mais s’inscrit plutôt dans le cadre d’une série d’actions savamment orchestrées, depuis l’annonce de la candidature de Monsieur Fabrice SAWEGNON aux élections municipales du Plateau, afin de jeter le discrédit sur sa personne auprès des autorités ivoiriennes et des électeurs de cette Commune. »

Remonté contre la méthode de Me Rodrigue Dadje, Maître HOUPHOUET ajoute : « Tout laisse croire que ce communiqué haineux et tendancieux, publié dans la presse en ligne et relayé sur les réseaux sociaux, notamment sur la page Facebook personnelle de son auteur, a pour objectif de livrer Monsieur Fabrice SAWEGNON à la vindicte populaire. »

L’intégralité du communiqué de Maître HOUPHOUET Ange Olivier, l’avocat de M. Fabrice SAWEGNON :