Côte d’Ivoire : Activités politiques du FPI, Laurent Gbagbo arrête une date

Laurent Gbagbo leve la suspension des activités politiques du FPI

Le FPI, pour accompagner un de ses fondateurs, M. Abou Drahamane Sangaré, à sa dernière demeure, a suspendu sur décision de Laurent Gbagbo toutes ses activités politiques. Cette décision était fondée par un respect de 40 jours de deuil pour l’ancien « gardien du Temple ». Le même Président Laurent Gbagbo revient à la charge avec de nouvelles consignes.

Activités politiques du FPI, Laurent Gbagbo donne une nouvelle date

Le ministre Abou Drahamane Sangaré, fidèle compagnon de Laurent Gbagbo, est décédé samedi 3 novembre dernier à 72 ans d'un cancer de la prostate. Peu après cette nouvelle qui a fait l’effet d’une bombe au sein de la classe politique ivoirienne et plus particulièrement au Front Populaire Ivoirien (FPI) dont il est un des patrons de la première heure, Laurent Gbagbo, depuis sa prison de Scheveningen, à La Haye, a fait diffuser un communiqué suspendant les activités politiques du FPI.

Abou Drahamane Sangaré a été inhumé hier samedi 1er décembre au cimetière de Williamsville, dans un quartier nord d’Abidjan. L'ancien chef de l'Etat ivoirien qui a fait un don de 3 millions de FCFA pour ses funérailles a aussi fait une annonce importante par le biais de son secrétaire général M. Assoa Adou.

“Le Président Laurent Gbagbo informe l’ensemble des militants du Front Populaire Ivoirien que le Parti renouera avec les activités politiques, après le 40e jour de deuil, fixé 12 décembre à Abidjan”, annonce le communiqué signé du ministre Assoa Adou.

Peu après le décès d’ Abou Drahamane Sangaré, Laurent Gbagbo avait suspendu toutes les activités politiques du FPI alors que Simone Gbagbo, la Première vice-présidente du parti, avait convoqué une réunion de tous les cadres. Ces deux communiqués avaient fait craindre de nouvelles divergences au sein du Front Populaire ivoirien, mais l’ex-première Dame de Côte d’Ivoire avait clarifié les choses en invitant tous les militants de son parti à se dresser derrière Laurent Gbagbo, leur guide dans le combat démocratique en Côte d’Ivoire.