Côte d’Ivoire : le PDCI utilisera les “moyens légaux’’ pour installer ses maires (Guikahué)

Guikahué envisage utiliser tous les moyens pour installer le maire du Plateau

Le secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-mouvance présidentielle), Maurice Kakou Guikahué, a annoncé vendredi qu’il envisageait “d’utiliser les moyens démocratiques et légaux’’ pour faire installer le nouveau maire élu du Plateau (centre des affaires d’Abidjan), Jacques Ehouo, issu de ses rangs.

Guikahué envisage utiliser tous les moyens "légaux" pour installer le maire du Plateau

“Le PDCI, qui apporte son soutien franc et sans faille aux conseillers municipaux du Plateau, se réserve le droit d’utiliser tous les moyens démocratiques et légaux afin que justice soit faite’’, a déclaré le secrétaire exécutif du PDCI, Maurice Kacou Guikahué, lors d’une conférence de presse au siège de son parti à Cocody.

Mardi, le gouvernement ivoirien, arguant de l’expiration au 31 décembre des mandats des anciens conseils en place dans cinq communes du pays dont le Plateau, a décidé de mettre ces municipalités sous administration préfectorale appelée “délégation spéciale’’.

Convoqué à la police économique le 3 janvier pour une affaire de détournement de fonds, M. Ehouo a préféré rester chez lui, laissant le soin à ses avocats de donner les raisons de son absence dans un communiqué.

Pour le numéro deux du PDCI, c’est une “situation anormale, illégale qui entraine un net recul démocratique’’ en Côte d’Ivoire.

“Le PDCI s’indigne et s’insurge contre cette décision illégale, inique qui ruine tous les sacrifices consentis par les Ivoiriens pour l’avancée démocratique dans notre pays’’, a insisté M. Guikahué, selon qui, la Côte d’Ivoire “mérite mieux que ce qui est servi actuellement’’.

Invitant le chef de l’Etat Alassane Ouattara, “garant de la constitution et de l’application des lois’’, à s’impliquer pour le dénouement de cette situation, il a également demandé aux militants du PDCI de “rester à l’écoute des mots d’ordre de la direction’’ de leur parti.

Interrogé sur les nouvelles nominations à la tête du PDCI, marquées par la mise à l’écart de plusieurs vice-présidents dont Daniel Kablan Duncan, le secrétaire exécutif a expliqué que ces cadres restaient membres du parti.

“Le président Bédié s’est simplement séparé de collaborateurs’’, a-t-il expliqué