Côte d’Ivoire: libération de Gbagbo, des journaux crient "victoire" et d’autres "mardi noir"

Conflit médiatique après l'acquittement de Gbagbo
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 16 janvier 2019 à 15:22 | mis à jour le 16 janvier 2019 à 15:22

Les journaux ivoiriens proches de Laurent Gbagbo, crient "victoire" après l’acquittement mardi de l'ex-président ivoirien et de son ancien ministre Charles Blé Goudé, tandis que les journaux proches du pouvoir évoquent "un mardi noir" pour les victimes.

Conflit médiatique après l'acquittement de Gbagbo

Après huit ans de procédure pour crimes contre l’humanité dans le cadre de la crise postélectorale de 2010 à 2011, MM. Gbagbo et Blé Goudé "enfin libres", barre à la Une le journal "Aujourd’hui", proche de l’opposition.

"Le temps, un autre nom de Dieu" commente "LG Info" quand le journal "Le Temps" crie "victoire".

Après l’annonce de la décision par la CPI, c’était "La Folie totale à Yopougon (quartier à l’ouest d’Abidjan et réputé proche de M.Gbagbo), Mama (village natal de l’ex-président), Gagnoa", rapporte "Soir info".

Les victimes et ONG condamnent la décision de la CPI.

"Mardi noir pour les 3.000 morts de la crise postélectorale", pointe Le Patriote (proche du pouvoir), qui précise que "tout n’est pas encore fini".

"Libération de Gbagbo et Blé Goudé, ONG, victimes tous condamnent", relève l’Expression (proche du pouvoir).

Le Patriote qui livre les réactions de la FIDH et Amnesty International évoque "une prime à l’impunité".

Fraternité Matin s’interroge quant à lui sur "les incidences sur la vie politique nationale" après la libération de l’ex-président.

En effet, "le retour de M. Gbagbo ne fera qu’ajouter de la confusion totale à une situation politique déjà passablement confuse", analyse Fraternité Matin qui émet des hypothèses.

"Que va faire Gbagbo ? Soit il rentre dans la danse et devient candidat à la présidentielle" de 2020, "soit il reste au-dessus de la mêlée et se contente d’être un faiseur de roi. S’il est candidat, il risque de se retrouver face à Bédié qui n’exclut pas de se porter candidat". Mais "Alassane Ouattara, qui a déjà appelé à passer la main, résistera t-il à l’envie de descendre dans l’arène ?", s’interroge le journal pro-gouvernemental qui craint "une réédition de l’affrontement de 2010 avec les mêmes protagonistes".



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus