Burkina: Attaque gendarmerie, les gendarmes "ne reculerons pas" (ministre)

Gendarmerie de Kongoussi
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 09 février 2019 à 17:30 | mis à jour le 10 février 2019 à 00:49

Les gendarmes en poste à la brigade gendarmerie de Kongoussi (centre nord du Burkina), cible d’une attaque terroriste mercredi nuit, "ne reculerons pas", a assuré le ministre de la Sécurité Ousséni Compaoré, après une visite vendredi.

La gendarmerie de Kongoussi se dit prête à rispoter à d'éventuelles attaques terroristes

"Nous avons vécu un acte de lâcheté", a déploré M. Compaoré.

Mercredi nuit, deux civils de passage, ont été tués dans une attaque terroriste visant la brigade gendarmerie de Kongoussi, selon un bilan de l’état-major général des armées.

"Les assaillants" tentaient "de libérer un des leurs qui avait participé à l'attaque de la brigade (de) Bourzanga (dans la province du Bam) le 06 novembre 2017".

"Ces lâches pensent que la lâcheté peut prévaloir à la détermination, ils se trompent. Les gendarmes vont rester là et continuer de faire leur travail. Nous ne reculerons pas d’un pouce", prévenu le ministre.

Le Burkina est confronté depuis trois ans à des attaques terroristes.


Mardi, cinq gendarmes ont été tués lors d’une attaque "terroriste" contre un détachement militaire à Oursi, dans la province de l'Oudalan (région du Sahel), au lendemain d’une autre attaque qui a fait 14 morts "au sein de la population" de Kain, dans le nord du Burkina.