Burkina: Les avocats de Diendéré évoquent des contradictions dans le témoignage de Mathurin Bako

Mathurin Bako
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 12 février 2019 à 20:35 | mis à jour le 13 février 2019 à 01:48

Les avocats du général Gilbert Diendéré, principal accusé au procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 au Burkina, ont évoqué mardi des contradictions dans le témoignage de l’ex-président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Mathurin Bako, estimant que sa déposition "ne permet en rien de contribuer à la manifestation de la vérité".

Les avocats de Diendéré confondent la le témoignage de Mathurin Bako

Dans son témoignage qui a débuté lundi, M. Bako avait déclaré avoir reçu dans la soirée du 16 septembre 2015, un appel du général Diendéré qui souhaitait "l’arrêt des SMS".

Il a ensuite expliqué avoir été contraint de solliciter l’arrivée des techniciens de l’Arcep à la demande des militaires pour détecter une radio "pirate" qui appelait les populations à s’opposer au putsch.

Appelé à la barre pour une confrontation, Gilbert Diendéré a nié les faits.

"Il est impossible que je puisse appeler (Mathurin Bako) entre 20 h et 21 heures (GMT, heure locale)", a-t-il dit.

"Nous pensons en toute bonne foi que vous vous trompez sur l’heure et la date" d’appel, a dit Me Latif Dabo, l’un des avocats de Gilbert Diendéré, au témoin.

"Je me suis pas trompée en ce qui concerne la réception de cet appel", a assuré M. Bako.

Dans ses observations, Me Ignace Tougma a demandé au juge de n’accorder "aucun crédit à la déposition" de l’ex-président de l’Arcep.

Selon lui, la déposition de Mathurin Bako "ne permet en rien de contribuer à la manifestation de la vérité", avant d’ajouter "ce témoin a effectivement des troubles de mémoire".



Articles les plus lus
01
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Dj Arafat: Le medecin de la clinique explique tout sur sa mort
03
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Décès d' Arafat : Le député Lobognon Alain accuse