Burkina: Les attaques terroristes ont occasionné plus de 86.000 déplacés internes (ministre)

Les attaques terroristes font de nombreux déplacés au Burkina

Au Burkina, les attaques terroristes répétées et les conflits communautaires ont occasionné plus de 86.000 déplacés internes dans les régions du Nord, Centre-nord, Sahel et de la Boucle de Mouhoun, selon la ministre de la Femme Laurence Ilboudo Marchal.

Les attaques terroristes font de nombreux déplacés au Burkina

"Selon des données collectées par mes services au 27 janvier 2019, les attaques terroristes et les conflits communautaires ont occasionné des déplacements massifs". On dénombre "plus de 86.971 personnes déplacées dans les régions du Nord, Centre-nord, Sahel et de la Boucle de Mouhoun", a indiqué Mme Marchal, dans son discours à l’occasion de la célébration officielle de la journée internationale de la Femme à Koupéla (Centre-est).

En plus de ces personnes qui ont fui leur foyer "pour se protéger des représailles", la ministre a déploré la "fermeture de plus de 100 écoles depuis janvier 2019, affectant 150.000 élèves", dans ces zones, dénonçant des "actes barbares" des terroristes.

Le Burkina est confronté depuis janvier 2016 à des attaques terroristes de "plus en plus fréquentes et meurtrières perpétrées" par des groupes terroristes.

D’abord localisées dans les régions du Sahel et du Nord, ces attaques se sont entendues à d’autres régions notamment l’Est, la Boucle du Mouhoun et le Centre-est.

Depuis le 31 décembre 2018, l'état d'urgence a été décrété dans ces provinces afin de mener avec efficacité la lutte contre le terrorisme auquel le Burkina fait face depuis quatre ans.

Laurence Marchal a assuré que le gouvernement "travaille à ramener la paix au Burkina".

La cérémonie présidée par la première dame Sika Kaboré avait pour thème : "Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina de sécurité, de paix et de cohésion sociale"

Mme Kaboré a pour sa part invité "les populations à collaborer avec les Forces de défense et de sécurité, s'approprier la lutte contre le terrorisme à travers des réflexes de dénonciation des comportements suspects".