Côte d'Ivoire: le PDCI dénonce la misère des producteurs d'anacarde

Le PDCI dénonce la misère des producteurs de noix de cajou
Par K. Richard Kouassi
Publié le 17 avril 2019 à 17:25 | mis à jour le 17 avril 2019 à 17:25

Dans une déclaration datée du mercredi 17 avril 2019, le groupe parlementaire du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) a interpellé le gouvernement sur la " la misère que vivent les producteurs d’anacarde dans nos campagnes ". Il appelle le gouvernement à " trouver des moyens appropriés pour l’achat de toute la production des noix de cajou ".

Le PDCI " aux côtés des producteurs d'anacarde "

Dans son communiqué, le groupe parlementaire PDCI-RDA déplore la " mévente bord champ des noix de cajou " malgré les mesures prises par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 6 février 2019. " Le Conseil des ministres, lors de sa session du mercredi 06 février 2019, a annoncé l’ouverture de la campagne 2019 de commercialisation de noix cajou avec un prix plancher bord champ fixé à 375 Fcfa/Kg. La campagne 2019 a démarré ainsi le 15 février 2019, avec un prix en baisse de 125 FCFA soit 20 % par rapport à 2018 ", lit-on dans le communiqué.

Selon l’Honorable Adi Kouamé Isac, qui a signé la déclaration, malgré les mesures visant à développer, transformer, maintenir l'équilibre de la filière et optimiser les revenus des producteurs d'anacarde, force est de constater " une mévente bord champ des noix de cajou " caractérisant par " le non-respect des prix fixés, mais surtout par la rareté des acheteurs ".

Selon le groupe parlementaire PDCI-RDA, le prix fixé pour la campagne 2019 est de 375 francs CFA. Mais, en réalité, les " prix proposés aux braves producteurs varient entre 100 et 250 francs CFA selon les localités ".

" Aucune mesure n'est prise pour des solutions durables "

Les députés issus du parti d'Henri Konan Bédié s'insurgent contre le mutisme du gouvernement devant cette situation. " Ainsi, malgré la forte paupérisation de nos concitoyens qui vivent de cette culture, aucune mesure sérieuse n'est prise par le gouvernement pour trouver des solutions durables à cette situation qui perdure depuis la campagne 2018 ", dénoncent-ils.

Face aux difficultés des producteurs de noix de cajou, le groupe parlementaire PDCI-RDA invite le gouvernement à trouver des moyens appropriés pour l'achat de toute la production des noix de cajou, exhorte les autorités ivoiriennes à garantir le prix d'achat qu'elles ont elles-mêmes fixé (375 francs CFA) et à mettre en place une politique plus efficace pour assurer la première transformation d'au moins 50 % de la production locale. Le groupement parlementaire a aussi interpellé l'Etat sur la misère que vivent les producteurs d'anacarde.

" Dans cette perspective, comme pour l’affaire du riz avarié, le Groupe parlementaire PDCI-RDA adressera une question orale avec débat au ministre de l’Agriculture et du Développement rural et à son collègue de l’Industrie sur la commercialisation et l’industrialisation dans la filière anacarde afin que tous les Ivoiriens soient informés sur la gouvernance de cette importante filière ", annonce le communiqué.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
03
Biz Sur7: actualité people et showbiz de Côte d’Ivoire
Didier Drogba "dragué" en direct par un membre de Kiff no beat