Côte d'Ivoire : Le Tribunal de première instance de Bingerville livré dans 18 mois

La première pierre du tribunal de première instance de Bingerville posé
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 10 mai 2019 à 12:25 | mis à jour le 10 mai 2019 à 16:39

Le tribunal de première instance de Bingerville verra le jour d'ici à 18 mois. La cérémonie de la pose de la première de cette édifice de type R+ 2, qui sera bâti sur une superficie de 3 ha, a eu lieu le jeudi 09 mai 2019, en présence du Garde des seaux, ministre de la Justice, Sansan Kambilé et de l'ambassadeur de France, Gilles Huberson.

Bingerville aura son Tribunal de première instance dans 18 mois

Le processus de modernisation du système judiciaire ivoirien engagé par le gouvernement ivoirien avec l'appui de l'Etat Français suit son cours. Dans les 18 prochains mois, la commune de Bingerville accueillera son Tribunal de première instance. Ce projet qui s'inscrit dans le cadre du C2D, l'édifice de type R+2 sera bâti sur une superfice de 3 ha, dans la localité de N'souté, accueillera 166 membres du personnel, dont 66 magistrats et 50 greffiers.

«Je suis un garde des Sceaux heureux. A chaque fois que j’aurai l’occasion de poser la première pierre d’un ouvrage public dédié à la justice, je serai content. Aujourd’hui, il s’agit de la pose de la première pierre du Tribunal de première instance de Bingerville. Nous savons tous que la ville d’Abidjan est saturée. Nous avons l’opportunité d’avoir un tribunal de première instance avec toutes les commodités, qui sera livré en 18 mois », a déclaré le Garde seaux, ministre de la Justice, Sansan Kambilé.

D'un coût global de 5.383.380.062 FCFA, le Tribunal de première instance de Bingerville traitera de toutes les affaires, hormis celles relevant du tribunal du Commerce. «Je crois que nous sommes sur la bonne voie de la modernisation de la Justice», a fait savoir le ministre, avant d'ajouter : « Nous aurons par la suite, la Cour d’appel de Daloa, de Korhogo. Nous reviendrons ici pour la pose de première pierre du Centre d’observation pour mineur, » a-t-il révélé.

L'objectif à long terme, a révélé le ministre Kambilé, est de parvenir à rapprocher la justice du justiciable. «Il faut mettre le justiciable dans les conditions d’avoir une bonne justice », a-t-il indiqué, non sans se réjouir de la qualité de la coopération entre la Côte d’Ivoire et la France.

A sa suite, l’Ambassadeur de France, Gilles Huberson, s’est dit heureux de l’avancement des projets financés par le C2D. Prenant le Président de la République au mot qui prône l’agenda social, le diplomate français estime que cet agenda passe par une justice proche des populations.

Gilles Huberson, a conclu en annonçant au population que ce tribunal qui manquait dans le cadre de l’extension de la ville d’Abidjan, verra le jour très prochainement.