Côte d'Ivoire : Diffusion de publicité, le gouvernement pose des balises

La diffusion de la publicité soumise à de nouvelles règles

À l' issue du Conseil des ministres du jeudi 16 mai 2019, le gouvernement ivoirien a fixé les nouvelles modalités de programmation et de diffusion de la publicité. Sidi Touré Tiémoko, porte-parole du gouvernement, a expliqué les motivations du nouveau décret.

La diffusion de publicité connaît de nouvelles règles

"Le Conseil a adopté un décret fixant les modalités de programmation et de diffusion des messages publicitaires. Ce décret détermine, en application de la loi n° 2017-868 du 27 décembre 2017 portant régime juridique de la communication audiovisuelle les modalités de programmation et de diffusion des messages publicitaires", a annoncé Sidi Touré, lors de la lecture du communiqué final qui a sanctionné le Conseil des ministres.

Le ministre ivoirien de la Communication et des Médias a souligné que les autorités ivoiriennes ont pris cette mesure "pour éviter que les missions d' information, d' éducation et de divertissement assignées aux radios et télévisions ne soient dévoyées dans le sens de la publicité tout azimut".

"Le principe de la promotion de la démocratie, mais surtout la quête constante qui est celle du gouvernement de faire participer nos concitoyens à la vie politique nationale a conduit l'Etat de Côte d'Ivoire à libéraliser le secteur de la communication audiovisuelle. Il se trouve que ce secteur tire pour l'essentiel ses revenus des recettes publicitaires. Cependant, il est bon dans ce genre de situation d'encadrer ces différentes initiatives", a-t-il justifié.

Sidi Touré Tiémoko a aussi expliqué que dans la pratique, "si une émission dure une heure de temps, vous n'avez droit qu'à dix minutes de publicité. La tranche de publicité ne démarre qu'après vingt minutes du programme en question".

L'Etat ivoirien fait savoir que dorénavant, les cliniques tout comme les établissements sanitaires ne sont plus habilités à faire du parrainage dans le cadre de la publicité audiovisuelle, a poursuivi Sidi Touré.