PDCI: Ahoussou Jeannot Kouadio donne enfin les raisons de son départ

Les raisons du départ d' Ahoussou Jeannot

Ahoussou Jeannot Kouadio s'explique sur son départ du PDCI
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 juillet 2019 à 16:53 | mis à jour le 18 juillet 2019 à 16:53

Ahoussou Jeannot Kouadio a abandonné le Parti démocratique de Côte d' Ivoire (PDCI) et s'est blotti dans les bras d' Alassane Ouattara, président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Le président du Sénat a été vivement critiqué par les partisans d' Henri Konan Bédié, qui l'ont même accusé de trahison. L'ex-Premier ministre revient sur les raisons de son départ du plus vieux parti politique ivoirien.

Ahoussou Jeannot Kouadio s'explique

Mercredi 22 mai 2019, Ahoussou Jeannot Kouadio a fait une sortie tonitruante. Le président du Sénat, après une longue période d'hésitation, a pris la décision de rejoindre la grande famille des houphouëtistes. "À partir du mois de juin, je rejoins la famille des houphouëtistes. Je vais le dire devant mes parents à Didiévi (Centre du pays, NDLR)", s'était exprimé Ahoussou Jeannot Kouadio, qui a ajouté : "Peut-être qu’on a tort, peut-être qu’on a raison."

Des mois plus tard, l'ancien ministre de la Justice donne enfin les raisons qui l'ont poussé à lâcher Henri Konan Bédié pour Alassane Ouattara. Dans une publication sur sa page Facebook, le président du conseil régional de Didiévi a levé un coin du voile sur cette affaire. "Moi je suis un pur produit de nos terroirs et du terrain politique que je connais et que je pratique sans discontinuer depuis bientôt quarante années. Je peux dire que c'est pour mes parents du grand Centre que j'ai adhéré au RHDP. Je l'ai fait pour rester à la table du développement présidée par le président Alassane Ouattara", a écrit Ahoussou Jeannot Kouadio.


Pour le natif de Raviart, une localité du centre de la Côte d' Ivoire, il n'est point question pour lui de laisser tomber ses parents. "Ne vous y méprenez pas, je ne pourrai jamais abandonner mes parents. Voyez-vous, il ne suffit pas de se proclamer leader du grand Centre, il faut pouvoir en épouser tous les défis et enjeux. Pour ma part, m'occuper des populations est un sacerdoce qui m'a été légué par feu les doyens Ahoussou Koffi, Léon Konan Koffi, Germain Koffi Gadeau aux côtés de qui j'ai appris à parcourir villages, campements et hameaux, à aimer mes parents, à comprendre leur situation, leur psychologie et à œuvrer pour porter leurs aspirations profondes", a-t-il publié sur les réseaux sociaux.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp