Affaire "Corruption à gogo en Côte d'Ivoire": Le pouvoir s'explique

N'Golo Coulibaly, président de la HABG dément la hausse du niveau de corruption en Côte d'Ivoire
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 19 août 2019 à 22:50 | mis à jour le 19 août 2019 à 22:50

Le niveau de corruption, selon les explications de N'Golo Coulibaly, premier responsable de la Haute autorité de la bonne gouvernance (HABG), n'a nullement augmenté en Côte d'Ivoire, contrairement aux interprétations faites pas bon nombre d'ivoiriens après avoir pris connaissance du récent rapport conjointement publié par Transparency International et Afrobaremeter sur l’indice de la perception de la corruption en Côte d’Ivoire.

Côte d'Ivoire : N'Golo Coulibaly (HABG) fait la lumière sur le dernier rapport publié par Transparency International

Le Président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance considère qu’après la publication du « Global Corruption Barometer Africa 2019, Citizens’ view and experiences of Corruption», son Institution doit éclairer l’opinion publique sur les données publiées.

A cet égard, il convient de rappeler que les enquêtes annuelles réalisées par Afrobarometer dans plusieurs pays africains portent également sur la corruption avec la question centrale suivante : « Pensez-vous que le niveau de la corruption s’est accru dans votre pays au cours des douze derniers mois ? » En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, les réponses obtenues sur cette question à l’issue des enquêtes pour le rapport 2019 sont les suivantes : - Pourcentage des personnes qui estiment que le niveau de la corruption a augmenté : 40% - Pourcentage des personnes qui estiment que le niveau de la corruption n’a pas augmenté : 60% (Pourcentage déterminé à partir des 40%) - Si l’on se réfère aux rapports de 2016 à 2018 de Afrobarometer et aux données de 2019, on constate que ce taux est stable, c’est-à-dire il est toujours de 40% depuis 2016.

Si l’on se réfère également aux deux histogrammes qui figurent dans le rapport détaillé 2019, la Côte d’Ivoire se retrouve en 8è position pour le taux de personnes qui estiment que la corruption s’est accrue dans leur pays. Notre pays se situe juste après les sept pays les mieux classés, qui sont dans l’ordre : la Tanzanie (10%), le Burkina Faso (28%), la Gambie (32%), le Ghana (33%), le Bénin (34%), le Cap Vert (39%) et le Lesotho (39%). Cela n’est pas étonnant puisque la Côte d’Ivoire fait partie, selon Transparency International, des trois pays (Argentine, Côte d’Ivoire et Guyane) qui ont réalisé au monde, les plus grands progrès depuis 2013 en matière de lutte contre la corruption.

Ces progrès sont également reconnus par la Fondation Mo Ibrahim. Il convient de retenir que le niveau de corruption n’a pas augmenté en Côte d’Ivoire, puisque le pourcentage de personnes interrogées qui affirment cela est à nouveau de 40%. La présente déclaration est destinée à faciliter la compréhension des données publiées par Afrobarometer et Transparency International. La Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance et tous ses partenaires, à savoir les autres Institutions de l'État, les Ministères clés, la société civile, les Partenaires Techniques et Financiers continueront de tout mettre en œuvre pour lutter efficacement contre la corruption dans notre pays.

N’Golo Coulibaly

Président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance



Articles les plus lus