CEI: Tout se complique pour Ouattara et Moussa Faki, la COJID réagit

Le COJID, interpelle fermement  Alassane  Ouattara
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 24 août 2019 à 08:42 | mis à jour le 24 août 2019 à 08:42

La coalition des jeunes ivoiriens pour la démocratie (COJID), a vivement interpellé le président ivoirien Alassane Ouattara et son gouvernement à reprendre "sans délai" les discussions en vue de la mise en place d'une commission électorale indépendante (CEI) consensuelle dans la perspective de l'élection présidentielle de 2020. La COJID s'insurge dans une déclaration à nous transmise contre la récente sortie du Tchadien Moussa Faki Mahamat qui lundi dernier se félicitait de la loi "controversée" portant recomposition de la CEI.

Ci-dessous l'intégralité de la déclaration signée du présidium du COJID

Suite à la plainte de la société civile ivoirienne relative à la réforme de la Commission Electorale Indépendante (CEI), la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples (CADHP) a fait injonction aux autorités ivoiriennes de procéder à une refonte totale de celle-ci à l’effet de garantir la paix et la stabilité du pays par des élections transparentes et apaisées en 2020.

Sur cette base, le gouvernement a engagé des discussions avec l'opposition et la société civile ; discussions inachevées eu égard à des désaccords constatés. Alors que tout le monde s'attendait à la poursuite des discussions en vue d'aplanir les différends, le président Ouattara, contre toute attente procède à un passage en force en faisant voter une loi controversée par l’Assemblée Nationale et le Senat.

Naturellement, cette loi sans consensus est dénoncée et condamnée par l'ensemble des partis politiques de l'opposition et les organisations de la société civile. Alors que l'on s'attendait à l'implication de la communauté internationale pour une facilitation entre gouvernement et opposition, nous avons été surpris par la sortie pour le moins cocasse de l'Union Africaine qui soutient le passage en force du président Ouattara et qui l'encourage à continuer sans en peser les risques manifestes sur la stabilité du pays.

Et ce au mépris des recours portés devant l’institution judiciaire de cette organisation par l’opposition parlementaire aux fins d’annulation de cette loi controversée. Réunie en sa session extraordinaire ce jeudi 22 août, la COJID, après analyse de la question : Dénonce vigoureusement la sortie hasardeuse de la Commission de l'Union Africaine qui est de nature à aggraver les tensions et la méfiance entre les acteurs ;

Tient l'union africaine responsable d'éventuels troubles qu'une telle sortie pourrait engendrer en Côte d'ivoire ;

Condamne fermement cette tentative de passage en force du président Ouattara soutenue maladroitement par le président de la commission de l’Union Africaine ;Appelle le gouvernement à reprendre sans délai le dialogue sur la commission électorale en vue de trouver modus vivendi.

La COJID entend programmer dans l'urgence des tournées de sensibilisation sur la question.

Fait à Abidjan le 22 /08/2019.

Pour la COJID

Le Présidium



Articles les plus lus