Côte d’Ivoire : Bédié n’a aucune chance de succéder à Ouattara

Fâché avec le Président Alassane Ouattara pour son refus de passer le pouvoir à un jeune militant actif du PDCI, Henri Konan Bédié...

Henri Konan Bédié - Côte d'Ivoire et Jean-Louis Billon
Par Patrice Dama
Publié le 28 septembre 2019 à 12:46 | mis à jour le 28 septembre 2019 à 12:46

Henri Konan Bédié, ancien allié d’ Alassane Ouattara, l'actuel Président de la République de Côte d’Ivoire, s’y voit en 2020. Alors qu’il disait avoir rompu avec le natif de Dimbokro pour son refus de passer la main à une jeune génération de militants de son parti le PDCI RDA, il montre peu à peu son dos nu dans la piscine politique de Côte d’Ivoire. Mais que peut Bédié devant Ouattara ? Patrice Dama ouvre la brèche…

Présidentielle de 2020, Henri Konan Bédié handicapé d'office

Henri Konan Bédié disait à sa sortie du RHDP qu’il avait rompu avec Ouattara à cause du refus de ce dernier de faire la passe de la gouvernance de la Côte d’Ivoire à un jeune militant actif du PDCI. Déjà à l’époque, le débuté Dah Sansan de Bouna nous confiait que la véritable raison de cette décision de Henri Konan Bédié se trouvait dans le refus du RHDP de le voir revenir au pouvoir. Le patron de la jeunesse du RHDP mettait l’accent sur la volonté du Président Ouattara de passer la main à la jeunesse et non pas à plus vieux que lui.

Même s’il a longtemps fait mentir ceux qui voyaient dans sa décision son envie de se représenter en 2020, Henri Konan Bédié commence à faire tomber le masque. Sa série d’interviews de ces derniers temps montre bien qu’il s’y est toujours vu. Sauf qu’il n’a jamais vraiment convaincu du pourquoi. Pour une fois qu’un vieux du PDCI disait se soucier de l’avenir des jeunes cadres de son parti, le temps qui est l’autre nom de Dieu, comme le disait Laurent Gbagbo, a montré le contraire. Mais la Candidature éventuelle de Bédié est-elle aussi inattaquable qu’il croit ? La réponse est simple, elle serait même surréaliste et beaucoup de cadres au PDCI seraient les premiers à s’en étonner, voir la combattre.

Il faut savoir que Henri Konan Bédié n’est plus très jeune. Il a 85 ans, juste 2 ans de moins que Jacques Chirac qui vient de mourir et de qui se souviennent encore les proches de dizaines d’Ivoiriens tués comme des bêtes sur le parvis du Sofitel Abidjan Hotel Ivoire, en 2004, par son armée française. Bédié, pour revenir à lui, est même le plus vieux des trois dinosaures de la politique ivoirienne avec Laurent Gbagbo (74 ans) et Alassane Ouattara (77 ans). L’espèce en voie de disparition qu’il est se croit le mieux placé pour redonner le pouvoir au PDCI, oubliant au passage que c’est justement lui qui le lui avait fait perdre. Et puis comment fait-on pour faire du neuf avec du très vieux ? Alors que son bilan du temps où il régnait sans partage sur la Côte d’Ivoire est le plus désastreux de ceux des trois vieux de la politique ivoirienne, il voit en lui-même une Volonté de Dieu, un signe du destin pour la Côte d’Ivoire, une force supérieure à l’œuvre, la signification de l’homme providentiel.

Retour au pouvoir, le rêve inaccecible de Bédié

Et pour réaliser le rêve qu’il est seul à faire ces derniers temps, HKB croit qu’il lui suffira d’arracher la caution du FPI de Laurent GBAGBO et celle des frustrés de la Soro-Gang pour traverser Abidjan pour s’installer sur l’œuvre des architectes Pierre Dufau et Jean-Maurice Lafon qui sert de palais présidentiel au chef de l’État ivoirien.

Y aller, d’accord ! Mais pour y faire quoi ? Voilà la vraie question que vont se poser les Ivoiriens lorsque Bédié aura mis les gangs pour le combat de 2020. Quelles sont ces idées ? Outre la question de la CEI, quelle proposition constructive a-t-il faite à la Côte d’Ivoire pour faire croire à sa capacité de comprendre ce à quoi aspirent les Ivoiriens d’aujourd’hui ?

N’a-t-il lui-même pas été le meilleur chantre du génie d’ Alassane Ouattara lorsqu’ils étaient en amour fraternel ? Avec quelle idée Bédié pense-t-il convaincre les Ivoiriens de retourner en 1999 alors que même le troisième pont qui porte fièrement son nom et qui le maintiendra dans l'histoire n'a été dressé sur la lagune Ébrié que par son adversaire ? Bédié avait fait quoi de marquant lorsqu'il était aux affaires ? Qu'il ne compte surtout pas sur sa nouvelle amitié avec Laurent Gbagbo pour espérer échapper à ces questions parce que ce dernier n'en disait pas peu de sa mauvaise gouvernance.

Gbagbo disait de Bédié : « Tu ne vois pas à 200m, tu dis donnez-moi le volant. Or tu as déjà démontré que tu laisses 6000 milliards de dettes. C’est-à-dire que lorsqu’on t’a donné la voiture, tu nous as amenés dans un mur. Ivoirité ici, l’endettement là…» Il est sûr que la vue ne s'améliorant pas en vieillissant, le PDCI devrait se réveiller, et pas à la veille des élections présidentielles.

Jean-Louis Billon, Yasmina Ouegnin... où sont les jeunes du PDCI

Que fera Bédié des Jean-Louis Billon, Yasmina Ouegnin ou autres cadres du PDCI qui auraient pu batailler pour son parti ? Ils ont eux au moins le bon âge pour mener ce combat et lui Bédié pourrait dans le meilleur des cas les soutenir, les conseiller pour donner à la Côte d’Ivoire une chance de dépasser l’époque de ses vieux politiciens qui tournent le débat politique autour de la nationalité, de qui a raison dans leur interminable palabre ou du danger qui guetterait le pays du fait de l’invasion en sourdine d’étrangers armés pour l’émietter.


Depuis qu’il est sorti de son alliance avec le RHDP, quelle proposition sociale Bédié a-t-il mise sur la table pour les Ivoiriens ? Comment fera-t-il pour redonner du travail aux Ivoiriens lui qui dit désormais que le chômage et la pauvreté se généralisent dans le pays ? Comment fera-t-il pour offrir à la Côte d’Ivoire de nouvelles infrastructures routières qui vont faciliter les échanges entre son Nord et son Sud, son Est et l’Ouest en passant par son centre ? Et lorsqu'il aura trouvé la réponse, une autre viendra s'ajouter à la liste de questions. Pourquoi n'avait-il pas fait le necessaire par le passsé ?

Réveillons-Nous, l’argument qui est qu’il faut utiliser HKB pour virer ADO du palais, parce qu’il serait le seul, en dehors de Gbagbo enchainé à Bruxelles par la CPI, à provoquer un changement de génération dans la politique ivoirienne est faux. Même en acceptant de rêver avec lui, quelle assurance ont ceux, au PDCI, qui le poussent vers cette éventualité sur la tenue de ces promesses ? Souvenez-vous, Ouattara avait lui-même demandé 5 ans aux ivoiriens. A bientot 10 années passées au palais, il n’ose toujours pas dire clairement qu’il cédera le pouvoir à la fin de son dernier mandat ?

Bédié n’est déjà pas capable de mettre un jeune au-dessus de lui du PDCI, quel grace le touchera pour en propulser un à la tête de la Côte d'Ivoire ?

Sachons que "toute longévité n’est pas bonne à vivre". Donc "les vieilles personnes, quittez !!!"



Facebook
Twitter
email
Whatsapp