FESCI : Alla Saint Clair parle aux élèves et étudiants

Le SG de la FESCI parle eux élèves et étudiants
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 octobre 2019 à 14:15 | mis à jour le 15 octobre 2019 à 11:35

Elu à la tête de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire), Alla Saint Clair est décidé à donner un autre visage à la plus puissante organisation d'étudiants et d'élèves du pays. Le successeur d' Assi Fulgence Assi l'a fait savoir dès sa prise de fonction.

Le SG de la FESCI lance un message

Samedi 1er juin 2019, Alla Saint Clair, dit le National Makélélé, a été élu secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire à l'issue du 10e congrès ordinaire de ladite organisation, placé sous le thème "Quelle FESCI pour un système éducatif excellent ?".

Il remplaçait ainsi Assi Fulgence Assi à la tête de la FESCI. "Il doit exister des oppositions idéologiques. Idéologiques, ne veut pas dire la division systématique de la famille. Au finish, c’est la FESCI qui doit mener le combat. Et donc les représentants de toutes ces réflexions, c’est bien ma modeste personne", avait déclaré le nouvel homme fort de la FESCI, déterminé à mettre son expérience syndycale et sa maturité au service des élèves et étudiants ivoiriens.

Pour réussir sa mission, Alla Saint Clair, qui place son mandat sous le signe de l'union et de l'excellence, s'est entouré d'une équipe de trente personnes constituant les membres du bureau exécutif national. La liste de ces collaborateurs du patron de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire a été dévoilée le 19 septembre 2019.

Dans une publication sur sa page Facebook, le vendredi 11 octobre 2019, le successeur d' Assi Fulgence Assi a tenu à lancer un message aux élèves et étudiants de Côte d'Ivoire. "L'objectif étant défini, j'exhorte l'ensemble de la masse estudiantine et scolaire à s'armer de courage et de persévérance. Car le chemin est parsemé de difficultés et d'obstacles", a posté le "National Makélélé".


Née dans les années 90, la FESCI a connu plusieurs secrétaires généraux dont Guillaume Soro, ancien président de l'Assemblée nationale et Blé Goudé Charels, président du parti politique Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (COJEP).