Un militaire tué par des orpailleurs clandestins: Bédié avait raison

Des orpailleurs clandestins ouvrent le feu sur des éléments de la BRICM

Des orpailleurs clandestins ouvrent le feu sur des éléments de la BRICM
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 12 octobre 2019 à 13:33 | mis à jour le 12 octobre 2019 à 17:17

Outre l'illégalité de leur activité, les orpailleurs clandestins viennent de s'illustrer de la plus mauvaise des manières. Ceux qui exploitent un site à Nian, dans le département d'Adzopé (sud-est), ont en effet abattu un militaire et blessé un autre par balle.

Des orpailleurs clandestins ouvrent le feu sur des éléments de la BRICM

La question de l'orpaillage clandestin avait soulevé un véritable tollé en Côte d'Ivoire à la suite de la sortie d'Henri Konan Bédié sur ce fléau. Mais les derniers événements qui se sont déroulés à Adzopé sont visiblement en train de lui donner raison.

Il ressort des faits, tel que rapporté par l'Agence ivoirienne de presse (AIP), que des orpailleurs clandestins installés à Nian, localité située à une quinzaine de kilomètres d'Adzopé, ont lancé une expédition sur le détachement de la Brigade de répression des infractions au code minier (BRICM) dans la nuit de jeudi à vendredi.

A en croire notre source, « Un élément de la brigade de lutte contre l’orpaillage clandestin a été tué et un autre gravement blessé par balles dans la nuit de jeudi à vendredi à Nian. »

Cet incident dont les circonstances ne sont pour l'instant pas dévoilées, soulève à nouveau la question de ce phénomène de pillage des ressources minières et minéralières de la Côte d'Ivoire.

Le Président Bédié avait tiré la sonnette d'alarme en révélant que des orpailleurs clandestins étaient armés. La situation au cours de laquelle un élément de la BRICM a été tué et un autre blessé par balle, vient donc confirmer cette assertion. D'autant plus que des incidents similaires se sont déjà produits à Dimbokro (Kokumbo) et Korhogo.


Le ministre des Mines, Jean-Claude Kouassi, avait enfoncé le clou en dénonçant le pillage des richesses ivoiriennes. Il serait donc temps, pour les autorités ivoiriennes, d'intensifier la lutte contre ce fléau pour éviter de telles situations à l'avenir.



Articles les plus lus
01
04