Orpaillage-Jean-Claude Kouassi avoue: «Les gens volent nos richesses»

Orpaillage, le ministre Jean Claude Kouassi donne raison à Bédié

Orpaillage, le ministre Jean Claude Kouassi donne raison à Bédié
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 05 juillet 2019 à 15:22 | mis à jour le 05 juillet 2019 à 16:35

Le phénomène de l'orpaillage clandestin prend de plus en plus d'ampleur en Côte d'Ivoire. En dépit des réactions contre la sortie du président Bédié, le ministre des Mines vient de dénoncer le vol des richesses des Ivoiriens.

Orpaillage, le ministre Jean-Claude Kouassi donne raison à Bédié

Henri Konan Bédié s'était attiré la foudre du gouvernement et certains proches du pouvoir en déclarant, le 5 juin 2019, que des étrangers armés, sous le couvert de l'orpaillage clandestin, avaient investi les forêts ivoiriennes, y organisant un véritable hold-up des ressources de la Côte d'Ivoire. Les autorités étatiques avaient d'ailleurs évoqué l'éventualité d'engager des poursuites judiciaires contre le président du PDCI pour ses propos.

Cependant, cette condamnation publique des autorités ne semble qu'être de la poudre aux yeux, car dans la foulée, le gouvernement ivoirien a adopté un projet de loi sur l'orpaillage clandestin, et a lancé la destruction de plusieurs sites d'orpailleurs à travers la Côte d'Ivoire.

Jean-Claude Kouassi vient de donner raison au président Bédié en évoquant le vol des ressources de la Côte d'Ivoire. Invité du journal gouvernemental Fraternité Matin, ce jeudi 4 juillet, le ministre des Mines et de la Géologie a déclaré : « Les gens sont en train de voler les richesses de la Côte d’Ivoire au vu et au su de tous. » Avant d'ajouter : « Nous mesurons l’ampleur des dégâts causés dans cette zone par l’orpaillage qui, au vu du matériel utilisé, n’est ni artisanal ni légal. »

Le ministre annonce par ailleurs des actions vigoureuses de la Brigade de répression des infractions au code minier (BRICM) pour mettre fin à ce fléau. Des drones seront donc déployés sur des sites afin de repérer ces contrevenants au Code minier. « Nous voulons simplement faire notre travail. Et si ce travail, en le faisant, fait mal au portefeuille des orpailleurs, je pense que c’est tant mieux pour la Côte d’Ivoire », a-t-il prévenu.



Articles les plus lus