Après ses images avec Nady Bamba, Gbagbo parle: Ce que dit Katinan

Justin Koné Katian a appelé les partisans de Laurent Gbagbo à se concentrer sur l'essentiel
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 21 décembre 2019 à 13:32 | mis à jour le 21 décembre 2019 à 13:43

Justin Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo, dans un communiqué, a invité à la "sagesse" les différentes factions du Front populaire ivoirien (FPI), à un moment qui s’annonce crucial pour la suite du procès à la CPI, de l’ancien président ivoirien.

Attaques répétées contre Gbagbo: Katinan Koné tape du poing sur la table

C’est un véritable appel à la retenue que vient de lancer l’ancien ministre du Budget, par ailleurs porte-parole de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.

Justin Koné Katinan s’insurge en effet contre les récentes sorties de certains cadres ou militants du Front populaire ivoirien.

Des sorties qui sont de nature à bafouer l’honneur de l’ancien président voire impacter négativement la suite de son procès à la Haye.

«Nous ne laisserons plus les sorties intempestives, irrévérencieuses, tendancieuses et attentatoires à son honneur, d’où qu’elles viennent, prospérer contre le Président Laurent GBAGBO », a prévenu M. Katinan.

Non sans appeler à la "sagesse", les auteurs de ces sorties qu’il juge « perfides » et « grossièrement mensongères ». Pour lui, il appartient aux uns et aux autres, de se concentrer sur l’essentiel.

La liberté définitive accordée à leur référent politique dont le procès suit son cours devant la Cour pénale internationale, devrait en principe, selon lui, être la préoccupation première. Laurent Gbagbo est en effet à une étape décisive de la suite de la procédure engagée contre lui à la CPI.

Après l’acquittement prononcé en sa faveur, le 15 janvier dernier, suivi des conditions assorties à sa libération, le juge président de la chambre d’appel de cette juridiction internationale, a rendu publique, une décision, vendredi 20 décembre 2019, dans laquelle, une audience est fixée sur la levée des restrictions imposées à la libération du fondateur du FPI.


C’est la période du 6 au 7 février 2020, qui a été choisie par le nigérian Chile Eboe-Osuji pour entendre les observations et conclusions sur la requête formulée le 7 octobre 2019 par Me Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo.

Dans sa demande, l’avocat français sollicitait auprès des juges de la Chambre d'appel la reconsidération de l'arrêt du 1er février 2019, imposant des conditions à la libération des deux ivoiriens, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, en dépit de leur acquittement.

Cette audience s’annonce donc cruciale pour la suite du procès de Laurent Gbagbo et de son filleul Charles Blé Goudé. La levée des restrictions assorties à leur libération leur donnera la possibilité de regagner leur pays, la Côte d'Ivoire.