FPI: Après sa rencontre avec Gbagbo à Bruxelles, Affi N'Guessan coincé

Le FPI prépare discrètement son retour aux affaires
Par David Yala
Publié le 14 janvier 2020 à 16:25 | mis à jour le 14 janvier 2020 à 16:25

Peut-être la fin de la crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) depuis bientôt cinq années? La dernière rencontre Gbagbo-Affi N’Guessan semble avoir fait bougé les lignes.

Que ce soit avec Gbagbo ou Affi, le FPI prépare discrètement son retour aux affaires

La crise de leadership entre pro-Affi et Gbagbo ou rien (GOR) qui secoue le FPI depuis maintenant plusieurs années, pourrait connaître un dénouement heureux les jours à venir. Après une première rencontre manquée en mars 2019, Pascal Affi N’Guessan a pu échanger avec Laurent Gbagbo les vendredi 03 et samedi 04 janvier 2020 à Bruxelles.

Cette rencontre entre les deux hommes, a été l'occasion pour le Président statutaire du FPI d'exprimer sa solidarité au président fondateur du parti mais aussi de faire un large tour d'horizon relativement à l'actualité nationale et à la situation interne du Front populaire ivoirien. Selon un cadre du parti contacté par Afrique-sur7, la rencontre Gbagbo-Affi N’Guessan a sonné le point de départ de la réunification très prochaine du FPI.

Le processus engagé à Bruxelles, devrait conduire d’ici à février 2020 à l’unité entre Affi-dés et GOR, surtout que, confie notre source, Affi N’Guessan a ‘’décidé de ne plus affronter Laurent Gbagbo’’. Alors que cette rencontre Gbagbo-Affi est saluée par nombre d’observateurs politiques, voici que surgit une autre polémique sur le communiqué unilatéral publié par le camp Affi N’Guessan, le 06 janvier 2020.

«Le processus est engagé. D’ici à fin février au plus tard, on devrait aller à l’unité mais c’est le communiqué d’Affi à peine 48 h après la rencontre qui paraît curieux. Or, il avait été arrêté le principe de la discrétion jusqu'à fin février », dénonce notre interlocuteur. Pourquoi les partisans de Pascal Affi N’guessan se sont-ils empressés de produire un communiqué en violation totale de ce qui a été décidé à Bruxelles?

Affi aurait-il voulu couper l’herbe sous les pieds des GORs ou a-t-il voulu montrer bonne mine à ses partisans, en tentant de se présenter toujours comme le Président du FPI? Selon notre source, certains pro-Affi s’opposeraient à tout rénoncement du député de Bongouanou au profit de Laurent Gbagbo.

« Certains gars d’Affi ne sont pas d’accord qu’Affi abdique car le contrat qui les lie, est aussi celui du pouvoir: c’est-à-dire fragiliser Gbagbo. Ce qui leur permet une garantie totale par rapport aux biens amassés grâce au pouvoir Ouattara. Soit, ils (ces pro-Affi) rejettent Affi soit ils créent un autre parti pour se mettre à la disposition du pouvoir », commente notre source.

Interrogé par La voie originale à son retour de Bruxelles, le samedi 11 janvier 2020, Assoa Adou, le secrétaire général du FPI pro-Gbagbo, qui n’a pas fait de déclaration sur ladite rencontre, a confirmé la clause de discrétion totale recommandée au cours de la séance de travail mais qui a été violée par le camp Affi N’Guessan.


« Je ne sais pourquoi ils l'ont fait, mais c'est contraire à ce que nous avons convenu avec le chef, le président Laurent Gbagbo. Et je constate depuis mon retour qu'ils ont provoqué des réactions qui vont dans tous les sens! Alors, moi je respecte ce qui a été convenu avec le président Gbagbo », a-t-il confié.

Aux dernières nouvelles, apprend Afrique-sur7, un congrès unitaire du FPI serait prévu dans le courant du mois de mai 2020. Mais avant, entre février et mars, un communiqué conjoint Affi-Gbagbo, devrait être publié. Des commissions y travaillent d’arrache-pied.