"Soro ne s'est pas lancé en politique pour être un éternel bon petit"

Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 30 janvier 2020 à 13:13 | mis à jour le 30 janvier 2020 à 13:16

Les interprétations faites des propos tenus par Guillaume Soro ont fait réagir Mamadou Traoré, proche de l'ancien chef du Parlement ivoirien. Dans cette contribution relayée sur sa page Facebook, l'ex directeur de l'INFS tente de démonter les arguments faisant de Soro, un personnage égoïste, animé par ses ambitions personnelles.

"En politique rien ne se fait gratuitement", Mamadou Traoré

Après les révélations de Guillaume Soro sur sa rupture avec son ex allié j'entends certains émotifs crier au scandale parce que selon eux, ce qui a lié le Président Ouattara et Guillaume Soro c'est plutôt une question d'intérêt personnel et non une question relative au bien du peuple. Et que ce qui les a opposé ce n'est pas le combat pour le bonheur du peuple mais plutôt la divergence de leurs intérêts personnels. Dois je rappeler à ces émotifs qu'on ne milite pas dans un parti politique comme on le fait dans une église ou dans une mosquée pour n'obtenir sa récompense que tout juste après sa mort?

Dois je rappeler à ces émotifs que le milieu politique n'est pas celui des agneaux où on se caresse mais plutôt celui des lions qui se dévorent ? Croyez vous que les hommes politiques qui se battent tous les jours pour le peuple ne se battent pas également pour eux mêmes ? Croyez vous que les militants des partis politiques se battent pour leurs leaders politiques sans espérer être un jour récompensés? Souvenez vous des cris de colère des militants du RDR contre leurs leaders qu'ils ont accusé de les avoir abandonnés après qu'ils les aient aidé à accéder au pouvoir. Pensez vous que le peuple vote pour un leader politique pour ses beaux yeux ?

Il vote plutôt pour lui afin d'obtenir de lui des faveurs. En politique rien ne se fait gratuitement. En politique tout est intérêt. En politique c'est du donnant donnant. C'est pourquoi après son élection le maire ou le député est régulièrement l'objet de sollicitations financières et matérielles de ses électeurs.

C'est du donnant donnant. Ces émotifs reprochent à Guillaume Soro de ramener ses divergences politiques avec le Président Ouattara à sa seule personne et non au nom du peuple. Je vais peut-être décevoir certains d'entre ces émotifs en leur disant qu'en politique, le peuple n'est que le canal par lequel tout dirigeant aspire à réaliser ses ambitions et ses projets pour lui même d'abord et pour le peuple ensuite. C'est pourquoi d'ailleurs une fois au pouvoir tout dirigeant fait ce qu'il doit faire pour satisfaire en partie le peuple mais sans s'oublier lui-même car tout le monde sait qu'il n'y a pas plus ingrat, plus amnésique que le peuple. Le peuple est considéré par la plupart des hommes politiques comme un bétail électoral. C'est une réalité implacable.

Pourquoi Guillaume Soro s'est jeté en politique, selon Mamadou Traoré

Guillaume Soro ne s'est pas lancé en politique pour toujours jouer les seconds rôles. Il ne s'est pas lancé en politique pour être un éternel "bon petit". Il s'est lancé en politique pour couronner une carrière de leader après l'expérience de la Fesci et de la rébellion. Et le meilleur moyen de couronnement de cette carrière est son accession à la Présidence de la République afin de réaliser ses ambitions pour la Côte d'Ivoire et pour lui même.

N'a-t-il pas le droit d'avoir des ambitions pour lui même ? N'a-t-il pas le droit de diriger ce pays comme tout ivoirien qui a des ambitions pour lui même et pour le pays ? Il s'est séparé avec le Chef de l'État parce qu'il s'est senti trahi. N'est-ce pas une raison suffisante pour se séparer d'avec quelqu'un ?

Dois je rappeler à ces émotifs que nous avons vu des couples qui s'aimaient se briser parce que l'un d'entre les deux tourtereaux s'est senti ou a été trahi ? Toutes les alliances ou coalitions politiques se sont brisées parce que les engagements de départ qui les ont liés ont été brisés chemin faisant.

C'est le cas aujourd'hui entre Bédié et Ouattara,entre Soro et Ouattara.

Les alliances politiques sont toujours des mariages de raison et non des mariages d'amour.

Les alliances politiques sont toujours des mariages de raison et non des mariages d'amour. Guillaume Soro, contrairement à beaucoup d'hommes politiques en Cote d'Ivoire, a un mérite qu'il ne faut pas occulter. Celui d'avoir démissionné de son poste, à la demande du Chef de l'Etat, à la tête d'une institution d'une part parce qu'il n'approuvait pas le fonctionnement du RHDP actuel, d'une autre part parce qu'il n'était pas homme à céder au chantage et d'autre part enfin parce qu'il s'est senti trahi.


Pour cela, il a claqué la porte au RHDP et aux délices du pouvoir à la tête de l'Assemblée Nationale pour prendre son destin en main. Sinon, s'il était homme à ne penser qu'à lui même, il serait resté à la tête de l'Assemblée Nationale,avalant en silence les couleuvres et continuant à bénéficier des délices de sa fonction. Je crois qu'il devrait plutôt être salué pour cet acte historique qu'il a posé car jamais en Côte d'Ivoire, un Président d'Institution n'a démissionné de son poste pour divergence d'opinion avec le Chef de l'État. Il devrait être salué pour ce courage légendaire qu'il a eu qui devrait servir à notre jeunesse.

Oui Guillaume Soro n'a pas l'âme d'héritier comme il se plaît à le dire car un héritier s'assoie tranquillement,sans effort, attendant de recevoir les biens des parents. Guillaume Soro,lui,s'est chargé d'accompagner son ex allié attendant qu'il finisse son mandat pour prendre le relais dans le cadre d'un arrangement politique dans une République et non dans un Royaume. Arrangement politique par lequel le Chef de l'Etat est arrivé au pouvoir.

Pour Guillaume Soro donc,la Côte d'Ivoire n'est pas un Royaume pour espérer être un héritier.

Elle est une République. Et dans une République,on parle d'alternance et non d'héritage. On parle de succession démocratique et non de succession royale. C'est dans cet esprit que Guillaume Soro a dit qu'il n'a pas l'âme d'héritier. Et dans une alternance entre alliés politiques,il y a toujours des deals ou des arrangements pour le partage du pouvoir.

Ne pas le savoir c'est être naïf.