Affi N'guessan met la pression sur Ouattara pour le retour de Gbagbo

Retour en Côte d'Ivoire de Gbagbo et Blé Goudé: Pascal Affi N'guessan se déchaine contre Ouattara et son régime
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 12 février 2020 à 10:30 | mis à jour le 12 février 2020 à 10:30

Une rencontre au sommet est prévue jeudi 13 février 2020 entre Pascal Affi N’guessan et le vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, représentant le chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

Retour en Côte d'Ivoire de Gbagbo et Blé Goudé: Pascal Affi N'guessan se déchaine contre Ouattara

Au menu des échanges entre Affi N'guessan et Kablan Duncan, le retour en Côte d’Ivoire des deux ivoiriens, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, en attente d’un éventuel procès en appel devant la Cour pénale internationale (CPI).

Le président du Front populaire ivoirien (FPI) qui compte saisir l’occasion pour cracher ses vérités au régime, estime qu’il ne sert à rien de faire encore trainer les choses. L’acquittement des deux ivoiriens étant un acquis, le député de Bongouanou recommande à Ouattara ainsi qu'à son régime RHDP de « savoir être beau joueur ». « Lorsqu’on s’est mis au service d’une cause qu’on a perdue, il faut savoir reconnaître qu’on a perdu ; il faut savoir reconnaître la victoire de l’autre », a-t-il craché.

Le président du Front populaire ivoirien juge en effet inconcevable que le gouvernement, au travers de ses avocats, s’oppose au retour au bercail des « dignes fils de la Côte d’ivoire ». "On ne peut pas accepter que le gouvernement de Côte d’Ivoire demande, face à la communauté internationale, que des dignes fils de ce pays quel que soit ce qui s’est passé en 2010 -2011, restent pratiquement dans les liens de la détention", a argué Affi N’guessan.

Pour le député de Bongouanou, il est impératif que le président Alassane Ouattara se rende à l'évidence. Pour l’intérêt de la Côte d’Ivoire, les volontés personnelles doivent se plier au profit de la volonté générale, dit-il. Le cas échéant, prévient-il, le FPI se verra obligé de prendre ses responsabilités. « Nous allons agir pour que Ouattara révise sa position, pour que Ouattara comprenne que la Côte d’Ivoire n’est pas un bien privé. C’est une Nation », a-t-il mis en garde.


Non sans rappeler que la volonté générale aujourd’hui pour l’ensemble des ivoiriens, c’est faire table rase du passé en vue de faire de la réconciliation nationale, une réalité.