"Policier giflé par un Tunisien": Sa communauté réagit et condamne

Après l'agression du policier, la communauté tunisienne sort de sa réserve
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 27 février 2020 à 19:07 | mis à jour le 27 février 2020 à 19:07

La réaction de la communauté tunisienne vivant en Côte d'Ivoire ne s'est pas fait attendre après qu'un des leurs, a agressé physiquement, mercredi 26 février 2020, un policier ivoirien en tenue.

Après l'agression du policier, la communauté tunisienne sort de sa réserve

L’affaire continue de susciter une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Une vidéo devenue virale sur la toile, montre un individu présenté comme un ressortissant tunisien s’en prendre violemment à un agent des forces de l’ordre en plein exercice de ses fonctions.

Face à cette situation déshonorante, l’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire (aTunCI) a, dans une déclaration dont copie nous est parvenue, condamné avec «la plus grande fermeté » cette agression perpétrée sur un citoyen ivoirien représentant de surcroit, le pouvoir public.

«Tout en condamnant avec la plus grande fermeté cette agression envers un citoyen ivoirien représentant la force publique de surcroit, aTunCI rappelle qu’il s’agit d’un acte isolé », peut-on lire dans le communiqué signé de Mme Intissar Amri, présidente de ladite association.

L’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire tient à exprimer sa solidarité avec le policier ivoirien gratuitement agressé par ce ressortissant tunisien et salue le sang froid de la police ivoirienne qui a permis d'éviter une situation encore plus grave. aTunCI reste persuadée que les liens séculaires qui lient les deux pays (La Côte d'Ivoire et la Tunisie) ainsi que le fort ancrage citoyen de la communauté tunisienne en Côte d’Ivoire, permettront d’éviter les amalgames de tout genre.


C'est pourquoi, Intissar Amri condamne avec la plus grande fermeté et sans la moindre complaisance « toutes les manifestations à caractère raciste» et dit s'en remettre à la justice ivoirienne pour statuer sereinement sur cette affaire.