Boni Claverie : "Quelle valeur accorder à un chef qui se dédie ?"

Ce que Boni Claverie pense de la candidature de Ouattara
Par K. Richard Kouassi
Publié le 08 août 2020 à 15:28 | mis à jour le 08 août 2020 à 16:58

Danièle Boni Claverie est farouchement opposée à un 3e mandat d'Alassane Ouattara. Jusqu'à la dernière minute, la présidente de l'Union républicaine pour la démocratie (URD) a cru que le président ivoirien ne répondrait pas favorablement à l'appel de ses militants qui lui demandaient de se présenter à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Ce que Boni Claverie pense de la candidature de Ouattara

Alassane Ouattara a décidé de se remettre en selle après avoir annoncé qu'il prendrait sa retraite politique à la fin de son second mandat. Le président ivoirien a souligné que "les récents événements tragiques, avec le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, laissent un vide au niveau de l’équipe" qu'il avait formée dans le cadre de la présidentielle 2020.

"Face à ce cas de force majeure et par devoir citoyen, j'ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens me demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020", a-t-il poursuivi.

L'opposante ivoirienne Danièle Boni Claverie avait espéré qu'Alassane Ouattara se retirerait à la fin de son second mandat. La présidente de l'Union républicaine pour la démocratie pense que le chef de l'Etat a "sorti tous les arguments rabâchés et utilisés dans une telle situation" afin de justifier sa candidature.

"Tout le discours du président n’a été qu’une longue justification pour tenter de maquiller un reniement de la parole donnée en un engagement à former la nouvelle génération pour qu’elle prenne la relève en 2025", a jugé Danièle Boni Claverie.

Danièle Boni Claverie qui a exprimé sa désolation devant le discours d'Alassane Ouattara, a cherché à savoir "quelle valeur accorder à un chef qui se dédie avec la même solennité qu’il s’était engagé".


Estimant qu'une "fête nationale est un moment de répit, un temps de fierté partagée pour le long chemin fait ensemble où le souvenir des souffrances communes doit cimenter l’harmonie du vivre ensemble", l'ex-ministre de la Communication pense que la tribune était mal choisie par le président du RHDP pour annoncer sa candidature.




Articles les plus lus