Voici ce qu' Affi N'guessan propose pour barrer la route à Ouattara

3e mandat : Comment Affi compte fait payer à Ouattara, sa
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 10 août 2020 à 11:34 | mis à jour le 10 août 2020 à 11:34

Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI), se dit indigné de la décision du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, de rempiler pour un troisième mandat présidentiel, en « violation flagrante » des dispositions de la loi fondamentale ivoirienne.

"Ouattara a affiché à la face du monde l’image d’une Côte d’Ivoire en pleine régression démocratique" (Affi N'guessan)

Jeudi 6 août 2020, veille de la célébration du 60è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a rendu officielle sa décision de briguer un autre mandat présidentiel à la tête de l’État ivoirien. Le président du RHDP dit répondre ainsi favorablement aux appels incessants des militants de son parti, dans le désarroi après le décès subit du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat initialement désigné pour porter le flambeau du RHDP au scrutin présidentiel du 31 octobre.

Pour Pascal Affi N’guessan, cette décision du président Ouattara de renier l’engagement pris le 5 mars dernier devant les deux chambres du Parlement ivoirien, réunies en Congrès, est «malheureuse ». « Il (Ouattara) a affiché à la face du monde l’image d’une Côte d’Ivoire en pleine régression démocratique, une décision malheureuse, une candidature dictée par la peur de l’alternance », a regretté M. Affi. Qui s'inquiète que le président Ouattara ait préféré la défense des intérêts de son parti au détriment de l’intérêt national.


«Le peuple est souverain. L’ancienne génération doit donner une chance à la renaissance de notre pays », se console le candidat déclaré du FPI. Selon qui, c’est au peuple que revient le devoir de faire payer à Alassane Ouattara mais également à toute l’ancienne génération, cette "trahison". « Il nous revient le 31 octobre 2020 de nous rassembler afin d’apporter à cette volte-face, à cette forfaiture, la sanction pacifique et démocratique qu'elle mérite et de mettre définitivement à la retraite cette ancienne génération au nom de l’unité nationale, de la stabilité politique et de la prospérité économique de notre pays », a indiqué Affi N'guessan. Henri Konan Bédié, 86 ans, est également candidat au nom du PDCI-RDA à cette élection.




Articles les plus lus