Koumbri - Burkina Faso : Un militaire tué et 11 terroristes ‘’neutralisés’’

Burkina Faso : Une centaine de militaires tués en 2020
Par Eugène SAHI
Publié le 12 janvier 2021 à 13:41 | mis à jour le 12 janvier 2021 à 13:41

Au Burkina Faso, un accrochage à Koumbri au Nord du pays, entre l’armée et des hommes armés, a occasionné la mort d’un militaire burkinabè et permis de neutraliser 11 assaillants samedi dernier.

Burkina Faso : Une centaine de militaires tués en 2020

Un militaire burkinabè a été tué et 11 terroristes présumés neutralisés, dans un accrochage avec "des individus armés non identifiés", dans la commune de Koumbri, province du Yatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé mardi, l’armée burkinabè dans un communiqué. Selon le texte, le 9 janvier 2021, alors qu’une unité de l’armée partait pour appuyer des volontaires pour la défense de la patrie (VDP, les civils armés par les autorités pour épauler l’armée), à Koumbri (nord), elle a été accrochée par "des individus armés non identifiés".

"Un militaire a été tué et six ont été blessés. 11 assaillants ont été tués au cours du combat", souligne l’armée. Le 5 janvier courant, dans la même localité, au moins six personnes avaient été tuées, dans un affrontement entre des terroristes présumés et les membres du groupe d’auto-défense "Koglweogo".

Le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes, depuis plus de cinq ans dans plusieurs de ses régions, occasionnant de nombreuses victimes et des milliers de déplacés confrontés à une grave crise humanitaire, selon les organisations humanitaires installées dans le pays.

Selon le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (Conasur), le nombre de

Plus d’une centaine de soldats burkinabé ont été tués au combat depuis janvier 2020. Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis 2015.


1200 morts et plus d’un million de déplacés

Le nord du pays, limitrophe du Mali, est la zone la plus touchée par les exactions djihadistes qui ont fait plus de 1200 morts et plus d’un million de déplacés, fuyant les zones de violences. Cette attaque survient alors que le Niger voisin a enregistré, il y a quelques semaines, la plus meurtrière attaque imputée à des groupes djihadistes contre des civils au Sahel (100 morts).






Articles les plus lus