Législatives 2021: Bakayoko-Ly Ramata galvanise les femmes candidates

Près de 500 femmes à l’assaut de l’Assemblée nationale - Femmes candidates aux Législatives
Par Eugène SAHI
Publié le 17 février 2021 à 07:39 | mis à jour le 17 février 2021 à 07:39

Dans le cadre de la représentativité des femmes dans les assemblées élues, les femmes candidates aux législatives 2021, ont reçu lundi, un soutien de taille, lors d’un atelier de formation: celui de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Bakayoko-Ly Ramata et les femmes membres du gouvernement.

Près de 500 femmes à l’assaut de l’Assemblée nationale - Femmes candidates aux Législatives

Les élections législatives du 06 mars 2021 enregistrent 210 femmes candidates titulaires et 242 suppléantes sur une liste de 1.300 dossiers de candidatures pour 255 sièges de députés à l’Assemblée nationale, a relevé lundi 15 février 2021, le ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Bakayoko-Ly Ramata.

« Le taux de candidatures féminines aux législatives passe de 10,56% à 12,27% en 2011 et 14,54% aux législatives du 06 mars 2021. L’enjeu est d’emmener toutes les femmes candidates titulaires ou suppléantes à se faire élire dans leurs circonscriptions électorales », a déclaré Pr Bakayoko, à l’ouverture d’un atelier de formation des femmes candidates aux législatives de mars prochain.

Pour elle, au regard des compétences féminines dont disposent le pays, la représentation des femmes dans les assemblées élues, est faible.

« Je souhaite vivement que les statistiques des femmes qui étaient de 11,37% à la dernière législature, puissent passer à 30% voire plus à l’issue du scrutin du 06 mars 2021. Chères candidates et suppléantes, c’est possible avec votre engagement, votre détermination, une campagne bien conduite, la victoire est à votre portée », a-t-elle signifié.

Pour la législature qui s’achève, le Parlement compte 29 femmes députés sur 255 sièges et 19 sénatrices sur 99. Les candidates aux élections législatives du 06 mars 2021 ont renforcé leurs capacités en matière électorale au cours d’un atelier de formation.

C'était le lundi 15 février 2021, à l'initiative du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, en collaboration avec ONU-Femmes, à l’Hémicycle de l’Assemblée nationale et à l’auditorium de la Caisse de Stabilisation.

Cette formation vise à soutenir les candidates aux futures élections et à contribuer également à la mobilisation des populations féminines en vue d’améliorer la participation des femmes au processus électoral.

« L’objectif est de renforcer les capacités des femmes candidates en matière électorale et leur permettre d’être outillées davantage pour bien conduire leurs campagnes afin de conquérir les cœurs des électeurs et électrices par leur savoir-être, leur savoir-faire et leur savoir-agir », a indiqué Pr Bakayoko.

Deux communications ont été animées par le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Coulibaly-Kuibiert et la sénatrice Dao-Gabala Mariam, suivies de partages d’expériences des femmes membres du gouvernement et des élues.


« Vous avez un défi à relever, celui de démontrer à la nation entière, que vous avez la capacité au même titre que les hommes de participer à des élections et de les gagner en grand nombre », a dit pour sa part, le vice-président de l’Assemblée nationale, Diawara Mamadou.

Près de 500 participants ont pris part à cette formation en présentiel et en ligne. Toutes les femmes du gouvernement ont partagé avec les autres candidates leurs expériences.

Il s'agit des Ministres Kandia Camara, KABA Nialé, Anne OULOTO, Raymonde GOUDOU-COFIE, les Secrétaires d’Etat Mys Belmonde Dogo et Aimée ZEBEYOU.

Les femmes élues de toutes obédiences politiques dont le maire d’Agou et candidate EDS, Agnès Monnet, Abane Yvonne Delompu Bouabre (Candidate FPI) ont pris part à cette rencontre. Femmes candidates aux législatives. En avant pour la victoire.






Articles les plus lus