Côte d'Ivoire : Charles Blé Goudé pleure son ami «cafard», tué à la DST

Charles Blé Goudé revient sur sa solitude de la DST
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 02 mars 2021 à 16:35 | mis à jour le 02 mars 2021 à 19:01

Dans ses démêlés judiciaires avec le pouvoir ivoirien, Charles Blé Goudé ne cesse d'affirmer qu'il a passé 14 mois à la Direction de la Surveillance du Territoire. Mais ce que le président du Cojep n'avait jusque-là pas révélé, c'est le décès de son compagnon de cellule. Décès pour lequel il a versé d'abondantes larmes et piqué une colère noire contre les responsables de la DST.

Charles Blé Goudé revient sur sa solitude de la DST après la mort de son « ami» cafard

La mise en liberté de Charles Blé Goudé intervient, le 1er février 2019, à la suite de son acquittement prononcé deux semaines plus tôt par la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI). L’ancien leader des jeunes patriotes était en effet jugé concomitamment avec l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, fondateur du Front populaire ivoirien (FPI), pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, crimes commis pendant la crise postélectorale de 2010-2011.

La chambre d’appel de cette juridiction internationale n’avait accordé à l’ex-Président de la République de Côte d’Ivoire et à son ancien ministre de la Jeunesse qu’une liberté sous conditions. Alors que l’ancien chef d’État est admis en résidence conditionnelle à Bruxelles, le leader de l’ex-Galaxie patriotique reste à La Haye, d'où il accorde de nombreux entretiens et interviews à des journalistes à travers le monde.

Le procès en appel de ces deux leaders de la classe politique ivoirienne est toujours en cours, n’empêche que le Woody de Mama et le Génie de Kpô ne cessent de manifester leur volonté de rentrer en Côte d’Ivoire afin de prendre une part active à la réconciliation nationale. Mais en attendant cette issue, le Président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) est revenu sur une page noire de sa vie. C’était à la DST, après son arrestation cavalière au Ghana.

Au cours d'une interview accordée au confrère actupeople, l'ancien secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) déclare : « Dans la profondeur de ma cellule de la DST, même si on m’y conduisait aujourd’hui, je peux encore me poser la question : un être humain est-il capable de faire plus de 14 mois dans ce lieu ? », s’est interrogé Charles Blé Goudé. Il y avait certes Jean-Yves Dibopieu (ancien SG de la FESCI) et le Commandant de la Gendarmerie Jean-Noël Abéhi, qui étaient ses voisins de cellule. Mais, une autre « personne » était entrée dans le quotidien du compagnon de lutte syndical de Guillaume Soro.

« J’avais un ami qui est mort, malheureusement. Ce n’est pas un être humain, rassurez-vous. C’était un cafard. C’était la seule présence de vie que j’avais dans cette cellule-là. Quand je me levais le matin, je le voyais bouger. Et je pouvais donc m’amuser à le suivre dans la cellule. Et puis, un jour, ils sont venus nettoyer dans la cellule. Et ces gardes-là pensaient me faire du bien, et ils ont tué le cafard. J’étais malade. J’étais tout triste », raconte Charles Blé Goudé. Puis, il ajoute :

« J’étais dans une colère noire jusqu’à ce qu’on m’amène le sous-directeur de la DST qui m’a dit : qu’est-ce qui se passe ? Je dis ; vous avez tué mon ami, et là, je vais rester seul maintenant. Il dit : "Mais quel ami ?" Je dis : "mais le cafard-là est mort". Le gars ne comprenait pas. Il m’a pris pour un fou. Il a dit au directeur de la DST : "Blé Goudé est devenu fou". Mais, je n’étais pas fou, c’était mon compagnon. »

Poursuivant son récit, l’ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen ajoute : « A la DST, vous n’avez pas droit à une montre, vous n’avez pas droit à une lecture. Vous n’avez rien à lire du tout. Donc moi je cherchais de la compagnie. » Blé Goudé indique par ailleurs vouloir tourner définitivement la page de la crise ivoirienne et oeuvre pour une réconciliation vraie entre Ivoiriens.


À noter que Chales Blé Goudé a entamé des négociations avec le gouvernement ivoirien en vue de rentrer à Abidjan. Mais le cyberactiviste Chris Yapi a indiqué que le filleul de l’ancien chef d’État était dans un deal avec Alassane Ouattara, le président ivoirien, et président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Mais il y a apporté un démenti formel.

Blé Goudé indique par ailleurs vouloir tourner définitivement la page de la crise ivoirienne et oeuvre pour une réconciliation vraie entre Ivoiriens. Il convient également de rappeler que CBG a par ailleurs été condamné à 20 ans d’emprisonnement par la justice ivoirienne, justice qualifiée par une certaine opinion de justice des vainqueurs. Mais après avoir été acquitté par la Cour pénale de La Haye, Blé Goudé a foi en ce que le peuple ivoirien va accueillir le président Gbagbo et lui-même dans la ferveur.

D'ailleurs à la faveur de la joute électorale des législatives, certains militants du Cojep se sont portés candidats pour cette élection.






Articles les plus lus