Législatives du 06 mars: "Le processus se déroule convenablement" (CEI)

Côte d'Ivoire : La CEI se réjouit du bon déroulement de la campagne législative
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 05 mars 2021 à 20:53 | mis à jour le 05 mars 2021 à 20:53

En Côte d’Ivoire, la Commission électorale indépendante (CEI), a jugé "globalement satisfaisante" le déroulement de la campagne pour les élections législatives du samedi 6 mars 2021.

Côte d'Ivoire : La CEI se réjouit du bon déroulement de la campagne législative

La campagne pour les élections législatives du 6 mars prochain, s’est déroulée en Côte d’Ivoire du 26 février au 4 mars 2021 à minuit.

Selon Alain Dogou, 2e vice-président de la commission électorale indépendante, celle-ci s’est, dans l’ensemble, déroulée de façon « globalement satisfaisante ».

"La période de campagne ouverte depuis le vendredi 26 février à 00 heure prend fin ce jour jeudi 04 mars à minuit. Elle se déroule de façon globalement satisfaisante", a déclaré Alain Dogou, 2e vice-président de la CEI, lors d’une rencontre avec des observateurs électoraux, jeudi.

Le représentant du Front populaire ivoirien (FPI) au sein de la CEI, s’ est par ailleurs réjoui de la participation des partis de l’opposition à cette élection, fruit, selon lui, de la « confiance retrouvée » entre les acteurs politiques ivoiriens.

Le climat socio-politique ivoirien, faut-il le souligner, est redevenu stable depuis l’ouverture du dialogue politique qui a réuni fin décembre 2020, gouvernement ivoirien et opposition ivoirienne ( PDCI-RDA, FPI, EDS) autour d’une même table de discussion.

C’est ce dialogue politique qui a permis d’obtenir d’ Henri Konan Bédié, de Pascal Affi N’guessan et de Laurent Gbagbo, la participation de leurs partis politiques respectifs, aux élections législatives du 6 mars.

Ces responsables de partis politiques, y compris Guillaume Soro, l’ancien chef du Parlement ivoirien, avaient boycotté la dernière élection présidentielle et lancé un mot d'ordre de désobéissance civile, pour obtenir du pouvoir ivoirien, la mise en place des conditions, devant garantir la crédibilité et la transparence du scrutin présidentiel d'alors.

Outre la légitimité de la candidature à un 3e mandat du président Alassane Ouattara qu’ils rejetaient, Henri Konan Bédié et ses pairs de l’opposition, dénonçaient la composition d’une CEI inféodée au régime RHDP.

« Aujourd’hui, les incompréhensions ont trouvé des solutions grâce au dialogue politique entre tous les acteurs politiques et le gouvernement. L’environnement actuel est véritablement apaisé. Le processus se déroule convenablement", s’est réjoui, Alain Dogou.


L’organe électoral, indiquera-t-il, a reçu 1291 dossiers de candidatures, qu’il a examinés avant que la liste provisoire des candidats, ne soit publiée le 31 janvier 2021.

Après les contentieux portés devant le Conseil constitutionnel, la CEI a arrêté la liste définitive des candidatures au nombre de 1232.

Il en ressort 1511 candidats titulaires dont 1305 hommes et 206 femmes. Les ambitions restent toutefois partagées autour des enjeux que revêtent ces élections, entre le camp Ouattara qui vise une consolidation de son pouvoir et l’opposition qui ambitionne de gagner pour insuffler une nouvelle dynamique au processus de réconciliation nationale, en panne en Côte d’Ivoire depuis deux décennies.

Ces candidats compétissent pour 255 sièges à pouvoir dans 205 circonscriptions à travers toute la Côte d’Ivoire. Une cinquantaine de structures ont été accréditées pour observer l’intégrité du scrutin.






Articles les plus lus