Faux pas interdit pour Bédié et l’opposition au soir du 6 mars 2021

Faux pas interdit pour Bédié et l’opposition au soir du 6 mars prochain
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 05 mars 2021 à 21:44 | mis à jour le 05 mars 2021 à 21:44

Les élections législatives du samedi 6 mars 2021 revêtent un enjeu majeur pour Henri Konan Bédié et l’opposition ivoirienne, qui espèrent remporter la majorité parlementaire au soir du scrutin.

Les législatives 2021, un tournant décisif pour Henri Konan Bédié et l'opposition

Les Ivoiriens sont appelés dans les urnes, ce samedi 6 mars 2021, pour renouveler les 255 députés que compte l'assemblée nationale.

Ce scrutin intervient seulement 4 mois après la dernière élection présidentielle boycottée par l’opposition ivoirienne à travers un mot d’ordre de désobéissance civile, en riposte au 3è mandat jugé illégal du président Alassane Ouattara.

Les violences liées à cette vague de contestation, avaient fait au moins 87 morts et près d’un demi-millier de blessés, selon un bilan officiel livré par les autorités ivoiriennes.

Cette sombre page de l’histoire de la Côte d’Ivoire, aura sans aucun doute, laissé un goût amer aux responsables politiques de l’opposition, qui entendent rectifier le tir avec leur participation au scrutin du 6 mars 2021.

« Notre participation à ces élections est en parfaite cohérence avec ce que je vous avais proposé. Elle traduit prioritairement, devant l'Histoire, notre refus catégorique de la violation flagrante de notre Constitution et ce qui en découle », a déclaré Henri Konan Bédié.

Pour le président du PDCI-RDA, c’est une obligation pour l’opposition, de prendre la majorité à l’Assemblée ivoirienne, pour d'abord, constituer un contre-pouvoir face au RHDP du président Ouattara qui contrôle déjà l’exécutif.

Une fois au Parlement, le Sphinx de Daoukro et ses soutiens, notamment le Front populaire ivoirien (FPI) de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, entendent également œuvrer à donner un coup d’accélérateur au processus de réconciliation nationale, avec le retour des exilés, la libération de l’ensemble des détenus politiques et militaires, la mise en place d’un dialogue à tous les niveaux de la nation, la réparation de tous les préjudices subis en vue de restaurer l’unité nationale, en tenant compte de l’expression des diversités.

«Le troisième objectif sera de contribuer positivement et fortement à l’avènement d’une bonne gouvernance sur les plans administratif, économique, judiciaire et politique en vue d’une répartition équilibrée, juste de nos richesses », dixit Henri Konan Bédié.

Un autre enjeu et non des moindres, qui motive la participation de l’opposition aux législatives, c’est indéniablement cette volonté de démontrer aux yeux du monde, sa suprématie sur l’échiquier politique ivoirien.


Sauf que dans le camp d’en face, notamment le régime RHDP, on aspire à consolider le pouvoir du président Ouattara, réélu à un troisième mandat présidentiel, toujours contesté par l’opposition, notamment le camp Guillaume Soro.

« On a gagné la présidentielle de manière éclatante. Il faut qu’il y ait une adéquation entre cette victoire et celle que nous préparons pour montrer clairement où se trouve la majorité travailleuse et responsable », a confié récemment Adama Bictogo.

Les enjeux restent donc bien clairs de part et d’autre des parties engagées dans cette bataille électorale. Reste désormais à l’opposition de confirmer sa suprématie sur le terrain.






Articles les plus lus