Chute du prix du kg de cacao: Nathalie Yamb charge Ouattara

Prix du kg du cacao fixé à 750 Fcfa
Par Eugène SAHI
Publié le 31 mars 2021 à 18:20 | mis à jour le 31 mars 2021 à 18:40

Le prix bord champ du kg de cacao en Côte d’Ivoire a été fixé à 750 Fcfa pour la campagne intermédiaire de commercialisation 2020-2021, annonce le Conseil Café-cacao (CCC). Ce prix connait une baisse de 250 Fcfa par rapport à la campagne précédente où il était vendu à 1000 Fcfa.

Côte d’Ivoire: Le prix du Kg du cacao chute de 1000F à 750 Fcfa

Le Conseil du Café-Cacao a annoncé ce mercredi 31 mars 2021 dans un communiqué, le nouveau prix d'achat bord champ du kg de cacao fixé à 750 Fcfa durant la petite traite 2020/2021. Les producteurs ivoiriens sont coincés entre le ralentissement de la demande et le casse-tête des industriels face au différentiel de revenu décent.

Réagissant à cette information, Nathalie Yamb, proche de l'opposant Mamadou Koulibaly, a tweeté, tirant à boulets rouges sur le chef d'Etat Alassane Ouattara qu'elle accuse de s'être servi des producteurs ivoiriens.

"Avant l’élection, Ouattara fixe le prix du cacao bord champ à 1000 cfa/kg. Maintenant qu’il est bien assis dans le fauteuil pour 5 ans, toutes les institutions aux ordres, il baisse le prix à 750 cfa/kg. Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent", a indiqué Mme Yamb.

Ouvrant les travaux de la 7ème édition de la journée nationale du Café et du Cacao, le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, avait annoncé en grande pompe, un mois avant l’élection présidentielle, une forte hausse du prix du cacao payé aux planteurs en Côte d’Ivoire.

Au cours de cette cérémonie, il avait annoncé le prix bord champ du kilogramme du cacao qui passait de 825 FCFA à 1000 FCFA. "Nous avons décidé d’augmenter le prix de 825 à 1 000 francs CFA. L’amélioration des conditions de vie des producteurs a toujours été au centre des préoccupations du gouvernement et à garantir des revenus décents aux producteurs", avait déclaré Alassane Ouattara.

« Vous pouvez compter sur moi », avait lancé Alassane Ouattara aux planteurs, assurant que le prix de 1 000 francs CFA correspondait à un soutien de 355 milliards de francs CFA (541 millions d’euros) de l’Etat en leur faveur. La cérémonie de Yamoussoukro avait quasiment été transformée en meeting politique pour le candidat Ouattara qui brigue un troisième mandat controversé.

« Allez partout dans vos villages pour annoncer la bonne nouvelle de la candidature du président Ouattara. Le président a fait beaucoup pour vous, en retour vous avez envers lui un devoir de reconnaissance », avait déclaré le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, par ailleurs porte-parole du RHDP (parti au pouvoir).

Le chef de l’Etat avait précisé que cette augmentation du Prix bord champ du Kilogramme de cacao était le résultat de la stratégie commune mise en place avec le Ghana. Cette coopération avait permis de mettre en place un nouveau mécanisme de vente, appelé « différentiel de revenu décent », pour augmenter le prix de vente de 400 dollars par tonne afin de mieux rémunérer leurs agriculteurs.

Ce montant de 1 000 francs CFA correspondait à un retour au prix de 2015. Il avait ensuite atteint 1 100 francs CFA en 2016, un record. Les prix avaient ensuite été tirés à la baisse par l’effondrement du cours mondial lié à l’impact de la crise sanitaire du coronavirus dans l’industrie du chocolat.

Plus de 150 000 tonnes de cacao stockés

C’est le Réseau Ivoirien du Commerce Equitable (RICE), partenaire du programme Equité, qui a lancé l’alerte mi-février quant à la situation actuelle de la filière cacao en Côte d’Ivoire. Depuis plusieurs semaines, plus de 150 000 tonnes d’invendus sont stockés par les producteurs et les coopératives. Fortement dépendants de la vente de leurs récoltes pour vivre, certains ont été contraints de vendre leurs récoltes à un prix bradé.

D’après Franck Koman, coordinateur du RICE, seules les coopératives détenant aujourd’hui une certification (commerce équitable, UTZ ou Rainforest) parviennent en ce moment à écouler une partie de leurs productions. Les producteur·ice·s en conventionnel voient leurs méventes justifiées par le contexte sanitaire de la Covid-19 ayant eu pour conséquence une baisse de la consommation de chocolat et donc de la demande mondiale en cacao.


Bras de fer entre producteurs et industriels du cacao - Prix du kg du cacao fixé à 750 Fcfa

Les producteurs de cacao de Côte d’Ivoire ont annoncé fin décembre 2020 qu’ils ne suivraient pas les programmes de durabilité de l’industrie du chocolat si les entreprises continuaient d’éviter de payer une prime destinée à soutenir les agriculteurs.

Le programme de durabilité qui certifient le cacao que les entreprises internationales achètent, est conforme aux règles d’éthique sur toute la chaîne de production, vient perturber un marché à la conjoncture difficile.

Ce programme consiste en la création d’un label car permettant aux entreprises de commercialiser leur chocolat sous le label « produit éthique » à des prix élevés. Cependant ces logiques de labellisation concernent la moitié des exportations de cacao de la Côte d’Ivoire.

Entre la baisse de la demande mondiale et l’augmentation du prix de la fève, les producteurs ivoiriens restent avec une partie de leurs stocks sur les bras. Plus de la moitié des cacaoculteurs ivoiriens, qui en moyenne, ne gagnent que 6 % du prix d’une tablette de chocolat, vivent sous le seuil de pauvreté.

Prix du kg cacao - Prix du kg cacao - Prix du kg cacao - Prix du kg du cacao fixé à 750 Fcfa






Articles les plus lus