Côte d'Ivoire : Mélenchon fustige la France au sujet de Laurent Gbagbo

La colère de JL Mélenchon dans le dossier Gbagbo
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 20 mars 2018 à 11:27 | mis à jour le 20 mars 2018 à 11:28

L'intervention de l'armée française dans l'arrestation de Laurent Gbagbo lors de la crise postélectorale n'est nullement pas du goût de Jean-Luc Mélenchon. Pour l'opposant français, la France a contribué à créer un État de non-droit en Côte d'Ivoire.

Quand Mélenchon prend la défense des Gbagbo

Après les révélations de Médiapart sur le rôle joué par la France dans l'arrestation et le transfèrement de l'ex-président Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI), les réactions ne font que se succéder à travers la planète. Jean-Luc Mélenchon est une fois de plus monté au créneau pour dénoncer la manière guerrière dont la France intervient dans ses anciennes colonies d'Afrique.

Pour le président de la "France insoumise", la France devrait changer de fusil d'épaule dans ses relations avec les États africains. « En Afrique, il faut faire de la politique, car chaque fois que nous avons fait autre chose, nous sommes allés au désastre. Chaque fois qu'on intervient militairement, le résultat est un désastre », a-t-il dénoncé, avant d'indiquer : « Ce n'est plus la grande révolution de 1789. Les gens n'aiment pas les missionnaires armés. »

Poursuivant, l'ancien membre du Parti socialiste français a vertement critiqué l'action de la force Licorne pour déloger Laurent Gbagbo et le remettre aux forces pro-Ouattara : « Regardez ce que nous avons fait en Côte d'Ivoire. Ah vous aviez fait un saut périlleux en arrière "ah la démocratie, les droits de l'homme"! C'était Gbagbo l'abominable homme des neiges. D'accord, il est là-bas maintenant au tribunal international, des centaines de gens sont cependant en prison, qui ne sont ni jugées, qui ne donnent lieu à aucune espèce de travail judiciaire. »

Réputé pour ses prises de position sans langue de bois, l'ancien candidat à la présidentielle française a également fustigé l'acharnement du régime Ouattara contre le Franco-ivoirien Michel Gbagbo, le fils de l'ex-président ivoirien : « Le fils de Gbagbo qui a pour unique motif d'inculpation qu'il est le fils de Gbagbo. Cet homme qui n'a jamais eu aucune activité politique a été détenu pendant des mois et des mois dans une fosse et personne ne l'a défendu parce qu'il s'appelait Gbagbo. »

Face à tout ce désastre, JL Mélenchon s'interroge : « Qu'avons-nous fait en Côte d'Ivoire ? Qu'est ce que nous avons rétabli ? Qu'est ce que nous avons fait de si beau qui vaille la peine que l'on s'en vante aujourd'hui ? » Avant de s'écrier : « Rien! Eh bien, maintenant, ça suffit ! »


« La politique à l'égard de l'Afrique, c'est d'aider sans cesse à ce que l'on se parle, à ce qu'il y ait de la démocratie et que l'on vote », telle est donc la nouvelle recette qu'il propose dans les relations franco-africaines.