Côte d'Ivoire : Traque des Fescistes au Canada, Blé Goudé s'insurge

Charles Blé Goudé  s'insurge contre la traque des fescistes

Charles Blé Goudé n'entend pas rester muet quant à l'assimilation de la FESCI à une organisation terroriste par les autorités canadiennes. Pour ce faire, l'ancien leader de la galaxie patriotique apporte son soutien à Martial Ahipeaud et Serge Koffi.

Charles Blé Goudé appelle à la solidarité des Fescistes

Joseph Ahipeaud Martial a été arrêté, le vendredi dernier, à l'aéroport de Montréal pour « appartenance à une organisation terroriste ». Le tout premier Secrétaire Général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) s'était en effet rendu au Canada pour soutenir Serge Koffi alias Sroukou Trèmin - Trèmin (STT), un autre ancien leader du mouvement estudiantin ivoirien poursuivi par la justice canadienne pour avoir appartenu à la FESCI.

Aussi, Charles Blé Goudé qui a également dirigé ce syndicat défenseur les intérêts des élèves et étudiants de Côte d'Ivoire, s'est dit très remonté contre ces graves accusations portées contre cette organisation qui a vu éclore plusieurs leaders ivoiriens,

notamment Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, qui a récemment séjourné au Canada en janvier 2017 dans le cadre de la réunion de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Outré face à cette traque de ses anciens camarades de lutte dans ce vaste pays nord-américain, "le Génie de Kpo" a appelé tous les Fescistes à la solidarité à travers un message via sa page Facebook, soupçonnant par ailleurs des mains occultes derrière cet acharnement.

L'intégralité du message de Blé Goudé

«Appartenance à une organisation terroriste», voilà la charge pour laquelle le camarade Koffi Serge ancien secrétaire général de la FESCI en exil au Canada est poursuivi par les autorités dudit pays.

Parti au Canada pour rétablir la vérité sur la vraie nature de la FESCI, le Dr. Joseph Martial Ahipeaud est à son tour interpellé pour dit-on «faux témoignage».

Il est même reproché au tout premier secrétaire général de la FESCI de n’avoir pas mentionné son "emprisonnement" (?) de 1992 au nom de la FESCI.

Ainsi, Koffi Serge est poursuivi pour son appartenance à la FESCI et Martial Ahipeaud est lui aussi mis aux arrêts pour avoir été emprisonné en sa qualité de secrétaire général de la FESCI le 13 février 1992.

Ces accusations aussi légères que ridicules appellent à des observations :

- Je trouve tout de même ridicule que d’anciens responsables de la FESCI soient poursuivis devant des tribunaux d’un autre pays pour appartenance à un mouvement scolaire et estudiantin qui en sa qualité de partenaire du système éducatif et représentant d’élèves et étudiants continue d’être un interlocuteur des autorités de la Côte d’Ivoire.

- Il me semble étrange que le Canada poursuive des anciens responsables de la FESCI sur son territoire pour appartenance à une "organisation terroriste" alors qu’il n’y a pas longtemps son parlement a fait d’un ancien responsable de la FESCI son invité spécial notamment Guillaume Soro actuel président de l’assemblée nationale de la Côte d’Ivoire.

- Alors que Serge Koffi jouit du droit d’asile au Canada où il vit depuis plusieurs années, les autorités canadiennes se rappellent subitement qu’il doit être poursuivi pour appartenance à une organisation terroriste.

- L’administration de l’immigration canadienne était-elle défaillante au moment où elle accordait le droit d’asile à monsieur Koffi Serge il y’a de cela plusieurs années ?

- Quant à Martial Ahipeaud, c’est en sa qualité d’ancien secrétaire général de la FESCI qu’il a bénéficié du droit d’asile en Angleterre où il a vécu avec sa famille avant son retour en Côte d’Ivoire. Mieux, pour avoir appartenu à la FESCI de nombreux anciens responsables de cette organisation ont obtenu le droit d’asile dans plusieurs pays occidentaux dans lesquels ils continuent de vivre.

- Pourquoi donc cet acharnement subit et pourquoi maintenant ?

- Quelles sont les mains et les personnes tapis derrière cette affaire qui pue la manipulation ?

- Qui en veut à la FESCI et à ses responsables ?

En ma qualité de militant des libertés, en ma qualité d’ancien responsable de la FESCI, je condamne avec fermeté cette diabolisation et cet acharnement contre la FESCI et ses dirigeants jusque dans leurs derniers retranchements.

J’apporte par conséquent mon soutien sans réserve aux camarades Koffi Serge et Martial. Je les rassure que la situation dans laquelle je me trouve ne m’empêchera pas de me tenir à leurs côtés pour qu’une solution globale et définitive soit trouvée à cette affaire singulière.

Camarades de lutte et de galère, jamais je ne vous lâcherai.

Je demande à tous les fescistes juristes de mutualiser leurs compétences afin de porter un coup d’arrêt à cette procédure grotesque pour en faire une parenthèse qui doit vite se refermer.

Car, les fescistes ne sont pas condamnés à être rayés de la terre des hommes comme le souhaitent les esprits malins qui se cachent derrière cette affaire.

Suite à la crise post-électorale, de nombreux pro-Gbagbo sont allés dans de nombreux pays pour sauver leurs vies.

Je trouve nauséabond que ce moment soit choisi pour s’acharner contre les nôtres.

De là où je suis, je me dresserai contre cette tendance à vouloir toujours écraser les personnes les plus vulnérables.

Pour finir, je lance un appel pressant à la solidarité de tous les fescistes où qu’ils se trouvent face à cet acharnement contre notre organisation et ses responsables.

Quoi qu’il en soit, ainsi parlent les sages : «Quand on frappe le margouillat, le lézard s’apprête».

FESCI Toujours

Charles Blé Goudé

Ancien secrétaire à l’organisation FESCI Yopougon

Ancien secrétaire national à l’organisation

Ancien secrétaire général de la FESCI de 1998 à 2000

Vive La Liberté

Vive la FESCI

Fait à La Haye le 12 juin 2018