Côte d'Ivoire : Parti unifié, pas avant l'alternance 2020, selon Bédié

Henri Konan Bédié opposé au parti unifié
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 18 juin 2018 à 10:30 | mis à jour le 18 juin 2018 à 10:30

Henri Konan Bédié et les militants du PDCI ont pris d'importantes décisions au cours du Bureau politique qui s'est tenu ce dimanche 17 juin. La question du parti unifié a été renvoyée au 13e congrès du parti prévu après la présidentielle de 2020.

Bédié refuse d'adhérer au parti unifié... maintenant

Parti unifié d'accord, mais alternance 2020 d'abord, telle est la ligne de conduite que le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) s'est donnée au sortir de son Bureau politique de ce dimanche. Déterminé à reconquérir le pouvoir d'Etat en 2020, le vieux parti n'entend nullement s'écarter de cet idéal duquel semble vouloir l'éloigner le Rassemblement des républicains (RDR), son allié au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

A cet effet, le 13e congrès ordinaire, sensé se prononcer sur le projet d'un parti unifié, vient d'être reporté après la présidentielle de 2020 à l'issue du Bureau Politique du PDCI de ce dimanche. Ainsi que l'a annoncé le porte-parole du parti à travers un communiqué : « Vu les enjeux actuels et futurs et soucieux de la préservation de l'union des militants et militantes autours du président du parti, le bureau politique décide du report du 13 congrès ordinaire après l'élection présidentielle de 2020. » Le mandat de toutes les instances du parti a par conséquent été prolongé jusqu'à la tenue dudit congrès.

Notons que depuis la sortie d'Alassane Ouattara sur Jeune Afrique, évoquant « la possibilité » de se présenter pour un 3e mandat en 2020, la tension se veut de plus en plus accrue au sein de la coalition au pouvoir.


En s'alliant sur la volonté de la grande majorité des militants de base de privilégier l'alternance à toute autre considération, Henri Konan Bédié accepte ainsi de voir ses relations s'effriter avec le président Ouattara. Les conséquences d'une telle décision ne tarderont certainement pas à s'observer dans les tout prochains jours. Les ministres et autres cadres pédécéistes sont donc sur la sellette.




Articles les plus lus