Côte d’Ivoire : Bédié invite Ouattara à "cesser (ses) pratiques antidémocratiques"

Bédié invite Ouattara a être démocratique

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) Henri Konan Bédié a invité jeudi à Daoukro (centre ivoirien) son ex-allié au sein de la coalition au pouvoir, le chef de l’Etat Alassane Ouattara à “faire cesser (ses) pratiques antidémocratiques’’, le mettant en garde contre “les dangers certains qu’il fait courir’’ à la Côte d’Ivoire.

Bédié dénonce les "dérives du chef de l'Etat Alassane Ouattara contre le PDCI

“Je profite de l’occasion de la présente rencontre pour dénoncer ces dérives et j’interpelle le Président de la République et les tenants du Parti Unifié RHDP sur les dangers certains qu’ils font courir au peuple et la Nation ivoirienne par des pratiques qui remettent en cause tous les acquis démocratiques’’, a déclaré M. Bédié, à un déjeuner avec des journalistes de la presse nationale et internationale.

Dans un discours au ton offensif, l’ancien chef de l’Etat dont le parti s’est retiré en octobre du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition au pouvoir, a vertement critiqué M. Ouattara, l’accusant entre autres de “corruption des mœurs politiques, mépris de la démocratie, intimidations, pressions, menaces et de limogeages systématiques des cadres pour opinion politique différente’’.

“Ces pratiques, jamais vues même du temps parti unique, sont de nature à créer le désordre et le chaos dans le tout pays’’, a-t-il averti.

Selon le président du PDCI, “le désordre’’ est déjà perceptible “dans certains quartiers de ville et dans certains villages’’.

“Demain il pourrait devenir un beau tapage irrépressible aux conséquences insoupçonnables’’, a-t-il de nouveau averti, avant de réitérer son appel au chef de l’Etat.

“ J’en appelle, solennellement au Président de la République à faire cesser ces pratiques immorales et illégales, non conformes à l’Etat de droit et à la bonne gouvernance et par ailleurs aux droits des citoyens’’, a-t-il conclu.