Côte d’Ivoire : “je ne répondrai pas aux attaques gratuites’’ des cadres du RHDP (Bédié)

Henri Konan Bédié
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 30 janvier 2019 à 19:46 | mis à jour le 30 janvier 2019 à 19:47

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, opposition) Henri Konan Bédié a affirmé mercredi à Daoukro (centre ivoirien) qu’il ne comptait pas répondre “aux attaques gratuites’’ des cadres du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dont il est la cible , après ses piques samedi à l’encontre du parti présidentiel.

Bédié s'abstient de répondre au RHDP

“Les tenants du parti unifié RHDP ont peur. Ils ne font qu’enchainer meetings et conférences de presse pour échapper aux critiques sur la création de ce parti. Je ne répondrai pas aux attaques gratuites des tenants du parti unifié’’, a dit Henri Konan Bédié, recevant dans son village à Daoukro, les présidents des mouvements et associations de soutien au PDCI.

La tension est de nouveau montée d’un cran, ce week-end, entre le PDCI et le RHDP, la coalition au pouvoir dont le parti de M. Konan Bédié a décidé de se retirer pour rejoindre l’opposition.

Recevant samedi la jeunesse de son parti à Daoukro, M. Konan Bédié n’avait pas manqué d’envoyer des piques au RHDP qui organisait au même moment à Abidjan son premier congrès constitutif.

“Au moment où nos adversaires du RHDP unifié se réunissent avec pour bagages de l’huile, du riz, des chiffons et du pain, sans lesquels ils ne pourront faire du nombre. Ici à Daoukro, rien de tout ce folklore’’, avait lancé le président du PDCI.

Des propos qui passent mal au RHDP. Depuis, des cadres multiplient les déclarations dans lesquelles ils ne font aucun quartier au président du PDCI.

“Si Bédié descend dans la poubelle, ça ne sera pas bon pour lui’’, a prévenu la ministre de l’Education nationale Kandia Camara, en laissant entrevoir la possibilité d’éventuelles poursuites judiciaires contre l’ex-chef de l’Etat.

A ses partisans, venus lui présenter leurs vœux de nouvel an, M. Konan Bédié, a rappelé que “2018 a été une année difficile’’ pour le PDCI, ajoutant que “2019 sera décisive’’.


“N’écoutez pas les faux témoignages des temps nouveaux. C’est nous les vrais héritiers du père fondateur Félix Houphouët-Boigny’’, a-t-il poursuivi, sous les applaudissements des militants rassemblés.

Le RHDP et le PDCI se disputent le statut de dépositaire de l’héritage politique de Félix Houphouët-Boigny.

“Quoi qu’ils fassent, les tenants du RHDP ne seront jamais les héritiers légitimes du père fondateur que nous sommes’’, a insisté le successeur de Félix Houphouët-Boigny à la tête de la Côte d’Ivoire et du PDCI à la mort de ce dernier en 1993.