Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara évoque la suite du procès Gbagbo

Alassane Ouattara à cœur ouvert sur le cas Laurent Gbagbo

Alassane Ouattara a passé en revue toutes les questions brulantes de l'actualité politique ivoirienne. Lors d'une interview accordée à RFI, le président ivoirien est surtout revenu sur le procès en cours de l'ancien président Laurent Gbagbo.

Alassane Ouattara à cœur ouvert sur le cas Laurent Gbagbo

En marge du 3e Sommet de l'Union africaine (UA), tenu les 10 et 11 février 2019, Alassane Ouattara a évoqué, de façon plus approfondie, le procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale (CPI). L'issue de ce procès est d'autant plus attendue en Côte d'Ivoire que le chef d'Etat ivoirien a tenu à donner son opinion sur la question, afin d'éclairer la lanterne de ceux de ses compatriotes qui sont perdus dans cet labyrinthe procédural à donner du tournis aussi bien au personnes avisées qu'aux profanes des procédures judiciaires à La Haye.

A propos de l'acquittement et la mise en liberté de l'ancien président ivoirien et le ministre de la Jeunesse de son dernier gouvernement, le Président Ouattara précise d'entrée qu'il n'y a eu aucune réaction de sa part, d'autant plus que le procès continue. Il précise cependant que « quelqu’un doit bien être responsable de ces 3 000 morts. J’espère que la justice fera la lumière sur cela. C’est ce que les victimes demandent ».

Même si le chef de l'Exécutif ivoirien déclare qu'il n'a pas d'avis à donner sur le fonctionnement de la CPI, il qu' « il y aura sans doute appel au niveau du procureur », attendant de voir comment les choses vont se terminer.

Battant en brèche l'opinion selon laquelle les autorités ivoiriennes ont des accointances avec les juges de la CPI, le Président Ouattara est formel : « Interférer avec la justice internationale ou nationale, ce n’est pas comme ça que je gère mon pays ! » Il avoue néanmoins avoir eu au téléphone une ou deux fois, Luis Moreno Ocampo, l'ancien procureur de la CPI, qui a procédé au transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye. Avant de révéler son agacement face à certains agissements de l'ancien patron de Fatou Bensouda : « Je me suis même fâché une fois avec lui. »

A propos du retour et surtout concernant les poursuites dirigées contre Laurent Gbagbo pour la casse de la BCEAO, le Président Alassane Ouattara déclare qu'au moment opportun, il « avisera ». Il n'y a cependant pas eu de discussion avec les membres du Front populaire ivoirien (FPI), le parti fondé par Gbagbo, à ce sujet.

« Je suis disponible pour discuter de toute chose concernant la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens. Sans exclusivité, je suis pour la paix, je suis pour que la Côte d’Ivoire continue dans la tranquillité, que les progrès importants que nous avons vus ces sept dernières années puissent se consolider dans tous les domaines économique, social, sur le plan de la gouvernance démocratique », a tranché le Président Ouattara sur la question.