Côte d'Ivoire : "Le parti de Gbagbo", de l'arnaque selon Achille Gnaoré

Achille Gnaoré fustige les

Achille Gnaoré n'y est pas allé de main-morte pour fustiger ceux qui utilisent le nom de Laurent Gbagbo comme un fonds de commerce, afin de se positionner politiquement. Dans une publication faite sur sa page Facebook, le président de la Fédération des Agoras et Parlements fustigent les responsables du Front populaire ivoirien (FPI) qui ont du mal à prendre leurs responsabilités, et cherchent la sympathie des pro-Gbagbo en utilisant le nom de l'ancien président ivoirien.

Achille Gnaoré fustige les "Gbagbo ou rien"

LE PARTI DE GBAGBO

Une appellation qui frise l'arnaque politique. Cela démontre de l'irresponsabilité politique de certains cadres qui, en l'absence de leur mentor ne peuvent mener de combat. Mais cette appellation a été faite à dessein afin d'introduire Gbagbo Laurent dans le combat qui les oppose à Affi; et ce, pour s'attirer la faveur des militants et sympathisants, dans le but de masquer leur forfaiture.

Lida Kouassi Moïse disait et je cite : "Le FPI est un panier à crabes. Quand Gbagbo ne sera plus là, nous allons nous donner des coups". Ce dernier a été victime d'une campagne de dénigrement à l'époque... L'on a fait croire que c'est ce dernier qui a tué Boga doudou. Il a été malheureux. Une campagne de dénigrement qui l’a affecté. Quand on a vécu ça, on ne s'allie pas à des faussaires. Sinon tu donnes raison à ceux qui t'ont dénigré à l'époque.

Y a-t-il deux FPI ? Le FPI de Gbagbo et le FPI de Affi N'Guessan? Parce que, ceux qui utilisent l'appellation "le parti Gbagbo " descendent sur le terrain avec le logo et le nom FPI.

En réalité, il n'y a pas deux FPI, il y en a un seul reconnu dans le monde entier par les institutions et chancelleries. C'est le FPI dirigé par le président Pascal Affi N'Guessan. Il en est le président statutaire et légal. Et ça, le président Gbagbo le sait. Gbagbo est-il descendu ci- bas, pour lutter la présidence du FPI avec Affi ? Ce n'est pas juste, Gbagbo ne le fera jamais. Gbagbo peut être le candidat du FPI aux présidentielles sans être le président du FPI. Cela s'est fait aux élections présidentielles de 2010. Il faut arrêter ce désordre politique orchestré par les Assoa Adou, Koffi Koffi Lazard, Koné Boubacar et autres.

Il est important pour nous, de reconquérir le pouvoir d'Etat en 2020. Laissons de côté nos petits calculs, les intérêts personnels et pensons à la Côte d'Ivoire. Pensons à la souffrance que Ouattara inflige aux populations. Il n'y a plus d'école en Côte d'Ivoire, les jeunes étudiantes vivent dans la prostitution, le taux de chômage a augmenté, les élèves et étudiants sont livrés aux banditismes, l'Etat n'existe presque plus. Devrons-nous rester dans les bassesses avec des querelles qui ne nous honorent pas? Et pourtant, le peuple a besoin du FPI.

Gbagbo est très respecté dans le monde entier. Affi est très respecté dans les milieux diplomatiques et par les chefs d'Etat. Tout cela profite au FPI. Gbagbo nous a aidés en formant un successeur. Nous avons donc les meilleurs profils pour remporter les élections de 2020. La jeunesse doit profiter de ces atouts. Et non soutenir l'injustice en pensant profiter de cela.

2020, c’est maintenant. Si nous échouons; ça sera la jeunesse.

Kakry khaza, Oweil Kafalo, Esther Bohui, Digne Afrique Renaissance... travaillons à nous mettre ensemble.

L'unité, c'est d'abord la base. Si nous la base, la jeunesse on est d'accord, ça s'imposera aux aînés.

Montrons que nous sommes une jeunesse mature et responsable. Et non une jeunesse manipulable à souhait. Maintenant, si nous refusons, nous assumerons devant l'histoire.

On n'est pas obligé de s'aimer, mais pour sauver la Côte d'Ivoire, donnons-nous la main.

Achille GNAORE