Côte d’Ivoire : Braquage, deux bandits tués à Treichville

Un braquage déjoué grâce à une information anonyme
Par K. Richard Kouassi
Publié le 15 avril 2019 à 20:41 | mis à jour le 15 avril 2019 à 20:41

Lundi 15 avril 2019, des éléments de la Brigade de recherches et d'investigations ont déjoué le braquage d'un convoi de transfert de fonds, à Treichville, une commune au sud d'Abidjan. Les échanges de coups de feu entre braqueurs et policiers ont fait deux morts dans le rang des bandits.

Un braquage déjoué grâce à une information anonyme

Ce qui vient de se passer ce lundi à Treichville est un bel exemple de collaboration entre la police nationale et la population. En effet, suite à une information anonyme relative au braquage d'un convoi de transfert de fonds, des agents de la Brigade de recherche et d'investigations ont tendu un guet-apens aux bandits.

Loin de s'imaginer la présence de policiers sur le lieu choisi pour leur opération, les braqueurs pointent du nez. Pris au piège après s'être rendus compte du piège, ces scélérats ouvrent le feu. Mal leur en prit. Les deux délinquants sont tués lors des échanges de tirs. Des munitions et deux pistolets automatiques 9 mm ont été saisis par les hommes du commissaire Yao Michel.

Une situation sécuritaire encore préoccupante

"Il est heureux de noter que l’indice sécuritaire qui était de 2,39 en 2017 est passé à 1,48 en 2018, soit une baisse de 38% ", se réjouissait Sidiki Diakité, ministre ivoirien de l'Intérieur et de la Sécurité, en janvier 2019. Le successeur d'Hamed Bakayoko s'est par ailleurs réjoui de "ce bond qualificatif spectaculaire", car "la sécurité conditionne l’arrivée des investisseurs, pourvoyeurs d’emplois pour nos jeunes et devises pour l’économie nationale".

Malgré cette avancée, la situation sécuritaire continue d'inquiéter les populations. A Abidjan, les délinquants juvéniles, communément appelés "microbes", sèment la terreur dans des quartiers populaires comme Abobo, Yopougon, Adjamé. Le phénomène s'est repandu depuis un moment à des zones résidentielles. Ces jeunes délinquants dont certains sont âgés de moins de douze ans agressent à la machette.

Le vendredi 15 mars 2019, ces enfants en conflit avec la loi ont semé la terreur à Abobo (commune au Nord d'Abidjan) précisément au quartier Plaque 1. Ils ont volé des compteurs d'électricité, cassé des portes et se sont introduits de force dans des maisons.

Pour rappel, le 21 mars 2019, le sergent-chef Méité Aboubacar des Forces armées de Côte d'Ivoire (FACI) a été abattu par des coupeurs de route sur l'axe Bania-Léomidouo, dans le département de Bouna.

Notons qu'en 2018, lors du séminaire de réflexion sur la redynamisation de la Police nationale, du 24 au 26 mai à Yamoussoukro, il a été annoncé des avancées notables dans la résolution du problème des enfants en conflits avec la loi, la lutte contre la criminalité et le démantèlement de plus de 700 fumoirs.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
03
Biz Sur7: actualité people et showbiz de Côte d’Ivoire
Didier Drogba "dragué" en direct par un membre de Kiff no beat