France: Stéphane Kipré cité dans une sombre affaire à Paris

Stéphane Kipré, président de l'UNG
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 mai 2019 à 22:00 | mis à jour le 14 mai 2019 à 22:00

Gendre de Laurent Gbagbo et président fondateur de l'Union des nouvelles générations(UNG), Stéphane Kipré, aurait pris une part active dans le financement de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, successeur de François Hollande à la tête de l'Etat Français.

Les révélations d'un écrivain français sur la participation de Stéphane Kipré à l'élection de Macron

Marc Enderweld, auteur de l'ouvrage "Le Grand Manipulateur : les réseaux secrets de Macron", cite nommement Stéphane Kipré, gendre de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo comme l'un des principaux soutiens financiers d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2018 en France. Même si l'auteur de l'ouvrage, ne révèle pas le montant réel de la participation de M. Kipré , il n'en demeure pas moins certain que l'apport du président de l'UNG fut d'une très grande utilité dans l'accession de Macron à la tête de l'Hexagone. "Le gendre de Laurent Gbagbo, qui se positionne comme l'un des opposants du présient actuel (Alassane Ouattara), a soutenu financièrement Emmanuel Macron durant sa campagne", a écrit Marc Enderweld à la page 259-260 dans son livre. Cette contribution du gendre de Laurent Gbagbo à l'accession de Macron au pouvoir, si elle est avérée, constituerait sans auncun doute une nouvelle révélation sur les agissements du clan Gbagbo dans la Françafrique .

Laurent Gbagbo, alors président de la République de Côte d'Ivoire entre 2000 et 2010 avait contribué au financement à hauteur de 3 millions d'Euros soit 2 milliards de FCFA, la campagne de l'ancien président français Jacques Chirac. L'information revélée par Robert Bourgi, l'un des principaux soutiens de Gbagbo dans l'hexagone avait été confirmée par son ex-bras droit, également président de l'Assemblée nationale, Mamadou Koulibaly, en son temps.


« Robert Bourgi a parfaitement raison il y a eu un transfert d'argent entre Laurent Gbagbo (2000-2011) et Jacques Chirac, en 2002», avait déclaré M. Koulibaly, faisant état "d'environ deux milliards de FCFA (environ trois millions d'euros) transportés d'Abidjan vers Paris par valise. "J'ai dit au président (Laurent Gbagbo) que nous étions un pays pauvre et que nous n'avions pas d'argent à financer des élections d'hommes politiques de pays riches », avait soutenu Mamadou Koulibaly