Côte d'Ivoire : Des manifestants anti Jacques Ehouo arrêtés au Plateau

Des manifestants anti Jacques Ehouo arrêtés au Plateau
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 14 mai 2019 à 19:32 | mis à jour le 14 mai 2019 à 19:35

La tension est montée d'un cran, ce mardi, dans la commune du Plateau. Des manifestants venus réclamer la démission du Maire Jacques Ehouo ont été arrêtés et écroués à la Préfecture de police.

Les « Chemises blanches » veulent la peau de Jacques Ehouo

Accusé de détournement de deniers publics portant sur la somme d'environ 6 milliards de francs CFA, le Député-Maire de la Commune administrative a été inculpé par le procureur de la République. Cependant, son investiture jusque-là ajournée par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a finalement été autorisée, et Jacques Ehouo a officiellement été installé le 21 mars dernier.

Le successeur de Noël Akossi Bendjo semble toutefois être assis sur un siège éjectable, d'autant plus qu'une partie de ses administrés continue de réclamer sa démission et la poursuite des procédures judiciaires engagées contre lui.

Ce mardi 14 mai, une horde de manifestants, les « Chemises blanches », ont en effet voulu faire un sit-in devant le ministère de l'Intérieur, au Plateau, et remettre par la suite une motion au ministre Diakité.

L'on pouvait par ailleurs lire sur leurs banderoles : « Justice pour les pauvres populations de la commune du Plateau. Mr le ministre, Ehouo Jacques a volé 7 milliards de la commune et aucune démocratie ne peut être consacrée en dehors de la loi » ; « La délinquance et le banditisme financiers ont encore de beaux jours dans notre pays : tolérance zéro pour les bandits à col blanc. Jacques Ehouo est un modèle achevé. »

Les forces de l'ordre sont cependant intervenues promptement pour disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogène. Neuf d'entre eux ont été appréhendés et conduits à la préfecture de police d'Abdjan - Plateau. Il s'agit des principaux organisateurs de la manifestation, notamment William Koffi et Taki Wilfried André Claver (leader de la jeunesse) et Guei Tia Abel (juriste).

Ces manifestants promettent toutefois de maintenir la pression jusqu'à obtenir gain de cause. « Le mouvement Chemises blanches va manifester chaque semaine jusqu’à la manifestation de la vérité », ont-ils prévenu.



Articles les plus lus
02
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Oscar Le Motard, sa femme l'a quitté à cause d' Arafat DJ