A partir de ce 1er juin, les entreprises polluantes de l’Afrique du sud devront payer des taxes pour leurs émissions de CO2. Il s’agit d’une grande première sur le continent en matière de lutte contre les changements climatiques.

Plus grand pollueur du continent, l’Afrique du sud montre l’exemple.

C’est une grande première en Afrique. A compter du 1e juin, les entreprises pollueuses sud-africaines vont devoir payer une taxe pour leurs émissions de dioxyde de carbone. Récemment réélu, il s’agit d’une mesure forte du président Cyril Ramaphosa. Lundi, il a promulgué la loi sur la taxe carbone.

Celle-ci s’élève à 120 rands (environ 4775 francs CFA) par tonne émise par lesdites sociétés. Ladite taxe est appelée à augmenter d’ici 2022 en fonction de l’inflation. Cette nouvelle loi est très appréciée par les organisations de défense de l’environnement en particulier le Fonds mondial pour la nature (WWF) pour qui il s’agit d’une « première étape significative ». Cependant, d’autres ONG comme Greenpeace estiment que le montant de cette taxe est minime pour inciter les entreprises polluantes à réduire leurs émissions.

L’Afrique du sud est le plus grand pollueur du continent et est classé 14e à l’échelle mondiale. La lutte contre la pollution est l’une des priorités du gouvernement. « Le changement climatique représente l’un des plus grands défis auquel est confrontée l’espèce humaine et l’objectif premier de la taxe carbone est de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’une façon viable », a expliqué le ministère du Trésor dans un communiqué. Le nouveau texte qui entre en vigueur samedi a été initié depuis 2010 mais était confronté à la pression des entreprises minières et métallurgiques locales, dont certaines brandissaient la menace d’augmenter les prix.